Jorane, voix et violoncelle: tour de chant et d’horizons

Luc
Luc Proulx
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Et l’on pourrait ajouter une harpe à la formule très épurée dans laquelle la musicienne Jorane se présentait sur la scène du Théâtre Lionel-Groulx, pour un tour de chant et d’horizons.

 

L’auteure, compositrice, chanteuse et violoncelliste Jorane.

Ce dernier spectacle, qui correspond au disque intitulé Une sorcière comme les autres, est définitivement concentré sur la voix et les mots, même si la musique demeure un filtre unique lorsqu’il s’agit du violoncelle de la jeune musicienne.

La première chanson, sur un texte d’Anne Sylvestre, établissait une humeur capiteuse et le public de Jorane s’est délecté de bout en bout de chansons cultes telle En pleine face, d’Harmonium, qui nous revenait sous une autre forme absolument saisissante.

Jorane est un filtre musical qui peut, on le sait, passer de l’exploréen à la trame filmique, jusqu’à la chanson très lyrique, et les arrangements qu’elle a faits de certaines pièces, on pense à Marilyn et John, et une petite chansonnette comme J’aime les gens qui doutent, en font de petites pièces absolument délicieuses.

La voix est toujours aussi belle et le violoncelle a cette capacité de creuser les atmosphères et les motifs que la musicienne développe sur cet instrument, à l’archet comme en pinçant les cordes, sont vraiment très accrocheurs.

Le génie musical de Jorane ne cesse de faire des petits, chacun de caractère différent, mais toujours d’une particularité fascinante. La pièce-titre est bien évidemment superbe et le spectacle est nourri de très belles choses merveilleusement revues et savamment réarrangées.

Jorane en a fait du chemin depuis Vent fou, en 1999, et sa trajectoire promet d’être encore longue et très étoffée avec une dizaine de disques déjà à son actif et tous d’une très grande valeur artistique.

Les boîtes à chansons, le 21 avril

Il faut avoir un certain âge pour connaître les Boîtes à chansons qui ont fait naître ceux que l’on qualifie aujourd’hui d’immortels.

Ils revivront cependant tous, incarnés par Pierre Calvé, Claire Pelletier et Pierre Létourneau, ainsi que Jean-Guy Moreau, le 21 avril prochain, au Théâtre Lionel-Groulx.

C’est la ballade des Copains d’abord de Lindberg à l’Hymne au printemps ainsi que de tout (ou presque) ce qui a constitué le véritable corpus de la chanson québécoise, avec de petites incursions à Saint-Germain-des-Prés.

La mise en scène est de Robert Charlebois et il y sera bien évidemment question d’une certaine révolution tranquille. Vous aurez aussi deviné qu’avec Jean-Guy Moreau, l’humour fera aussi parler d’anciennes voix.

Ce sera donc le samedi 21 avril, les billets coûtent 37 $ et on se renseigne en composant le 450-434-4006. 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires