«Ma chère école, c’est à ton tour de te laisser parler d’amour!»

Joëlle Desjardins
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

25 ans de vocation musicale à l’école Arthur-Vaillancourt

Vision et amour, magie et bons génies. Ces mots se sont souvent échappés de la bouche d’Alain Masson, le tout premier directeur de l’école primaire à vocation musicale Arthur-Vaillancourt, lors du concert-gala célébrant les 25 années de l’institution.

Le Théâtre Lionel-Groulx était l’hôte de l’évènement, rempli à pleine capacité de parents et d’amis des jeunes musiciens, mais aussi d’élèves anciens et actuels. Assurant le rôle d’animateur de la soirée, c’est un M. Masson débordant de fierté et d’émotion qui a dressé, avec poésie et humour, l’historique de l’établissement, de ses balbutiements jusqu’à nos jours. À l’aide de projections en direct ou préenregistrées, un hommage vibrant a été rendu aux bâtisseurs et aux pionniers de ce projet d’école à vocation musicale, chaque capsule d’animation révélant une personnalité importante ou un morceau d’histoire. À l’image d’une petite plante que l’on arrose et cultive avec soin, l’école a grandi et est toujours bien vivante. «Le cœur battant» de l’école, les quelques 270 élèves, étaient bien évidemment présents, sur la scène. Choristes, pianistes et violonistes de la deuxième à la sixième année ont pris d’assaut le plateau pour un concert d’envergure aux rythmes variés et aux œuvres diversifiées. Ces jeunes musiciens ont su impressionner et émouvoir le public par leur sérieux, leur application et leur professionnalisme. On ne peut que s’émerveiller et s’étonner devant la qualité d’interprétation et d’exécution de si jeunes musiciens, et on laisse souvent échapper des «wow!» admiratifs en face de tant de talent, dont on devine qu’une grande partie provient d’une rigueur et d’une discipline hors du commun chez des élèves du primaire.

Les numéros de groupe sont impressionnants, les chœurs immenses occupant tout l’espace scénique pour offrir des chansons d’ici et d’ailleurs, passant de Michel Fugain au répertoire folklorique juif. Idem pour les orchestres à cordes qui en mettent plein les oreilles et la vue, avec entre autres, une Je voudrais voir la mer tout à fait magistrale, aérienne.

Ces groupes, de même que les ateliers musicaux, réunissent des élèves de plusieurs niveaux, reflétant un amour de la musique qui transcende les limites des classes fermées et des groupes d’âge, une passion qui les réunit comme un langage universel. Plusieurs solistes, au piano et au violon, ont également offert de superbes performances, soulevant immanquablement les cris et les bravos. L’assurance, la fluidité, la maîtrise de l’instrument, la capacité de transmettre l’émotion de ces jeunes solistes était tout bonnement déroutante pour tout profane des concerts de l’école Arthur-Vaillancourt! À l’aube des vacances d’été, la fin du concert se déroule dans une atmosphère de fébrilité, les ballons volant de toutes parts et les confettis multicolores tombant du ciel. Mais cette excitation se teinte d’émotion alors que les élèves entonnent «Ma chère école, c’est à ton tour de te laisser parler d’amour», pour clore la soirée dans un esprit de communauté et de fierté sans pareil, qui semble particulier à l’école Arthur-Vaillancourt.

Organisations: école Arthur-Vaillancourt, Théâtre Lionel-Groulx, école à vocation musicale

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires