Le retour des classiques

André Maccabée
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Les alcools reviennent à la mode. Certains ont surnommé cette tendance L’effet Mad Men (du nom de l’émission). Toujours est-il que le gin, le cognac et la vodka reviennent dans les bars.

Le retour des classiques

En voici trois qu’il faut découvrir ou redécouvrir. Le gin était la boisson de mon grand-père. Mais je n’avais jamais dégusté le Hendrick's, un gin écossais de grande classe. Le gin est né en Hollande. On l’élabore avec des baies de genièvre. Celui-ci vient d’Écosse. On y incorpore des zestes de citron et d'orange, de coriandre et de pétales de rose de Bulgarie. On le distille selon une recette secrète, et le tout nous donne des saveurs uniques.

Je me souviens que ce fut mon premier alcool. Je devais avoir dans les 10 ans et je toussais lors d’un séjour chez mon grand-père; il me fit une potion magique de gin, d’eau chaude, de citron et de miel. On utilise le gin comme remède depuis des siècles en Europe. Cela doit expliquer la bouteille qui a l’air d’une potion mystérieuse.

En bouche, on le savoure seul, car cela serait un sacrilège de ne pas le faire. Il a un beau nez d’agrumes, sur une touche herbacée, et on peut l’agrémenter d’un morceau de citron sur un peu de glace: 42,75 $.

Mon père amorçait sa journée avec un petit verre de cognac. Le Rémy Martin Fine Champagne VSOP était l’un de ses favoris. Il en ramenait de Floride tous les ans. J’ai donc refait son rituel du matin, mais je vous avoue que je l’ai mieux apprécié sur le patio, près du lac, en fin de journée. Une grande intensité aromatique vous remplit la bouche, un voyage exotique épicé avec la touche de vanille du séjour en barriques. Il se conserve longtemps et se savoure lentement. Il est un peu cher au monopole (79 $), mais on peut l’acheter en Floride ou dans les boutiques hors taxes pour une fraction de ce prix. Un cadeau à se faire pour les fêtes.

La vodka Polar Ice canadienne est bonne seule ou en cocktail, comme le célèbre Bloody Ceasar, une recette typiquement canadienne qui a fait le tour du monde. Cette vodka est distillée quatre fois et filtrée trois fois. Elle est pure comme le cristal. On a l’impression de boire de l’eau de source avec un peu d’alcool; aucune saveur particulière; il faut même s’en méfier un peu, car son alcool est plus discret. Au cours des années, elle a mérité plusieurs prix internationaux et elle est la plus populaire de sa catégorie: 21,25 $.

LE GUIDE DES BULLES ET DES CHAMPAGNES 2013 Mon collègue et ami Guénaël Revel vient de lancer son guide des bulles du monde, la bible du genre, qu’il vend maintenant dans la Francophonie. Il fait tous les ans un travail de moine pour nous décrire les bulles de la Champagne et d’ailleurs. La Loire est la région-vedette de l’édition 2013. Un beau guide de 460 pages aux éditions Modus Vivendi.

UN AUSTRALIEN PARTICULIER Le Yalumba Barossa 2009 shiraz-viognier a tout un charme. Le shiraz vient de très vieilles vignes. Le viognier et le séjour en fûts pendant une année viennent l’adoucir. Au nez et en bouche, il est élégant, avec des saveurs complexes de fruits rouges et noirs, savamment boisé sur un fond d’épices exotiques. Impeccable pour le déguster maintenant, il pourra encore se savourer dans 3 ou 4 années: 21,35 $.

 

Organisations: Hendrick's, Yalumba

Lieux géographiques: Hollande, Floride, Bulgarie Europe BULLES Francophonie Loire

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires