Alex Barré-Boulet: un chemin parsemé d’embûches

Marco
Marco Brunelle
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Malgré son petit gabarit, Alex Barré-Boulet n’hésite pas à se placer devant le filet. Le numéro 19 de l’Armada a connu un parcours parsemé d’embûches pour arriver au circuit Courteau.

Atteindre la Ligue de hockey junior majeur du Québec peut se faire de plusieurs façons. Il suffit parfois de tirer profits des embûches qui sont placées sur notre chemin et c’est ce qu’Alex Barré-Boulet a fait.

Originaire de Montmagny, il commencé à jouer au hockey à l’âge de 4 ans et il s’est toujours retrouvé dans l’élite de sa municipalité. Si bien qu’à l’âge pee-wee, il a dû s’expatrier à 45 minutes de chez lui pour jouer au plus haut niveau.

Arrivé chez les bantams, le petit attaquant, qui mesure aujourd’hui 5p10 pouces et pèse 158 livres, s’est retrouvé dans le CC . L’année suivante, il renoue avec le AA.

Fort d’une impressionnante saison dans le bamtam AA, il se présente gonflé à bloc au camp des Commandeurs de Lévis dans le midget AAA, mais malgré un bon camp, il est retranché et se retrouve dans le midget espoir.

«Je n’ai pas baissé les bras, a indiqué le nouveau numéro 19 de l’Armada. J’ai connu une bonne saison. J’ai profité de l’opportunité que j’avais d’évoluer sur un premier trio, ce qui a permis aux Voltigeurs de me remarquer et de me repêcher.»

Choisi au 6e tour en 2013, Barré-Boulet a évolué dans le midget AAA en 2013-2014. C’est à 17 ans, qu’il s’est présenté à son deuxième camp des Voltigeurs et qu’il a finalement fait le saut.

«Je m’attendais à avoir un rôle un peu plus effacé, mais l’organisation a décidé de faire un virage jeunesse et je me suis retrouvé sur la première ligne. J’ai connu une bonne saison recrue», raconte-t-il.

À 17 ans, il a récolté 51 points tandis qu’à 18 ans, il en a obtenu 89. Il en a présentement 58, mais malgré tout, c’est le goût de la victoire que Barré-Boulet recherchait.

«J’aurais échangé tous ces points pour gagner plus souvent, a-t-il lancé. Je suis content de me retrouver avec une équipe qui aspire aux grands honneurs. Nous avons connu un passage plus difficile, mais on est en train de devenir une équipe. Nous, les nouveaux venus (lui, Pierre-Luc Dubois et Tobie Paquette-Bisson), nous acclimatons à notre nouvel environnement et à un nouveau style de jeu.»

Premier rendez-vous raté

Vendredi dernier, l’Armada croisait le fer avec les Voltigeurs de Drummondville, un match que le nouveau venu Alex Barré-Boulet avait dans la mire depuis son acquisition, mais en raison d’un geste émotif, il a dû se contenter du rôle de spectateur.

Une semaine plus tôt, il a déversé sa frustration envers un partisan des Huskies de Rouyn-Noranda en crachant en sa direction. Une baie-vitrée se trouvant entre les deux, le spectateur a pu éviter les microbes du numéro 19 de l’Armada. Une suspension de deux matchs s’en est suivie.

«Ce n’était pas un geste très intelligent, je l’admets, mais c’est sûr que s’il n’y avait pas eu de vitre entre nous deux, je ne l’aurais pas fait», a-t-il admis. Je suis un joueur qui joue avec émotion. Je vais apprendre de cette situation et apprendre à les contrôler.»

Cela dit, il a bien aimé voir ses coéquipiers l’emporter avec aisance contre son ancienne formation.  Il aura la chance de se reprendre car l’Armada et les Voltigeurs se retrouveront le 26 février et le 15 mars. Ces deux rencontres auront lieu à Drummondville.

Lieux géographiques: Drummondville, Camp des Voltigeurs, Camp des Commandeurs de Lévis

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires