Julien Bahl est heureux avec l’Armada

Marco
Marco Brunelle
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Après avoir envisagé d’aller jouer aux États-Unis

En juin dernier, la direction de l’Armada sélectionnait, Julien Bahl comme tout premier choix de son histoire. Désireux de faire carrière aux États-Unis, le jeune défenseur avait fait l’impasse sur la séance de sélection et, après mûres réflexions, il a choisi de se joindre à l’Armada.

Avec le recul, l’athlète de Sorel regrette-t-il le fait de ne pas avoir vécu le repêchage, journée à laquelle tous jeunes joueurs rêvent ? «C’est sûr que ça aurait été plaisant de monter sur la scène en tant que choix de première ronde, mais ma décision était prise et je devais être conséquent avec elle, a-t-il mentionné. Je n’avais tout simplement pas d’affaire là. Je vis bien avec ma décision et c’est chose du passé.»

Sans véritable promesse

Le directeur général de l’Armada, Joël Bouchard, soutient ne pas avoir fait de promesses à son numéro 81. «On lui a expliqué notre plan et, bien sûr, on le sentait prêt à jouer avec nous, sinon on ne l’aurait pas pris si haut, a souligné Bouchard. C’était important pour nous qu’il passe une année avec Xavier Ouellet afin de voir comment il se comporte, tant sur la patinoire qu’en dehors.»

Bahl a compris, la saison dernière, qu’il voulait devenir un joueur de hockey et, après avoir rencontré le personnel de Blainville-Boisbriand et visité les installations, il a choisi de porter l’uniforme noir et blanc.

«Je crois avoir tous les outils nécessaires pour devenir un joueur de hockey, ici, a continué Bahl. Je voulais également m’assurer d’avoir de bonnes bases sur le plan scolaire en finissant mon secondaire 5 et on m’a rassuré à ce sujet.»

Heureux de son choix

Après une quinzaine de matchs dans l’uniforme de l’Armada, Bahl se dit heureux d’avoir pris cette décision. «Je n’ai peut-être pas beaucoup de temps de glace, mais ça fait partie de mon apprentissage, a-t-il indiqué. C’est super d’apprendre en côtoyant des vétérans comme Xavier Ouellet et Samuel Carrier.»

Du côté de l’organisation, on est bien heureux du travail qu’accomplit leur choix de première ronde. «C’est un défenseur complet, a lancé Bouchard. Il est bon pour appuyer l’attaque et il est bon défensivement. Nous sommes bien contents de ce qu’il fait sur la glace. Quand il fait une erreur, il ne panique pas et ne se démoralise pas et ça, c’est une très bonne qualité pour un joueur de hockey.»

Le grand manitou de l’Armada n’hésite pas à comparer son numéro 81 avec son capitaine Xavier Ouellet, quand ce dernier avait 16 ans. «Un peu comme Xavier, quand il est arrivé dans le junior, il doit travailler sur son patin, mais avec les entraîneurs de conditionnement qu’on a et le travail, il va y arriver.»

Dans le livre de bord

L’Armada a remporté le premier match de son voyage dans les Maritimes, mercredi, quand elle a disposé des Sea Dogs de Saint-John par la marque de 2-1. Tommy Giroux et Cédric Paquette, qui était de retour au jeu après avoir été suspendu par l’équipe pour la dernière rencontre, ont marqué les buts des Blainvillo-Boisbriannais. Étienne Marcoux a repoussé 28 des 29 rondelles dirigées vers lui, pour enregistrer la victoire.

•••

La direction de l’Armada a choisi de retirer la lettre A sur le chandail de Cédric Paquette, lui qui agissait à titre d’assistant capitaine depuis le début de la saison . «Ce sont des choses qui arrivent au hockey, Cédric peut sans contredit être un leader dans une équipe, mais nous voulions qu’il se concentre sur son match, a souligné Jean-François Houle. Cédric est une bonne personne et il a compris notre décision.» C’est Olivier Picard qui a hérité de la lettre disponible.

Lieux géographiques: États-Unis, Sorel

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires