Armada vs Olympiques: une attente qui favorise qui?

Marco
Marco Brunelle
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Après trois jours de congé

La série entre l'Armada et les Olympiques se poursuivra ce soir, à l'aréna Robert-Guertin, trois jours après la dernière victoire de l'Armada. Qui est avantagée par ce délai?

Benoit Groulx espère que la fierté permettra à ses joueurs d’élever leur jeu d’un cran.

Du côté des Olympiques, ce petit congé a été apprécié. «Ça fait notre affaire puisque nous jouons avec des effectifs réduits et ça peut nous permettre, du moins je le souhaite, de remettre notre équipe en place stratégiquement», a lancé Benoit Groulx.

L'entraîneur des Gatinois n'hésite pas à reconnaître le mérite de ses adversaires après les deux premiers matchs. «Je lève mon chapeau à l'Armada, qui a complètement dominé les deux premiers matchs, mais de notre côté, je sais qu'on peut faire beaucoup mieux.»

Groulx espère voir ses hommes donner le maximum ce soir devant leurs partisans. «En séries, tu veux sortir  sans avoir de regret, a-t-il poursuivi. Si la série prenait fin aujourd'hui, je crois que nos joueurs ne seraient pas contents de la façon dont ils ont joué. Nous avons des joueurs fiers et ils savent très bien qu'ils n'ont pas joué à la hauteur de ce qu'ils peuvent faire.»

Groulx ne retient aucune excuse pour expliquer les contre-performances de son équipe. «Même si l'Armada a une meilleure équipe, même si nous sommes plus jeunes, même si nous avons plusieurs blessés, l'important c'est de jouer à la hauteur de ce qu'on peut faire. »

L'importance du momentum

Jean-François Houle ne cache pas qu'il aurait aimé que le troisième match de la série soit plus près des deux premiers afin de profiter du momentum.

«C'est sûr que c'est long, trois jours, mais on ne contrôle pas les horaires et on est à la merci des disponibilités des arénas, a-t-il indiqué. Ce genre de congé peut aussi nous permettre de guérir certains bobos.»

Si les Olympiques ont travaillé sur leur stratégie, les Blainvillo-Boisbriannais ont également peaufiné quelques petits détails. «On s'attend à ce que les Olympiques modifient leur plan de match, il faut donc prévoir le coup en regardant des vidéos. Ils vendront chèrement leur peau et ce n'est jamais facile de jouer à Gatineau.»

Le début de match

Les Laurentiens s'attendent à un excellent début de matchs de la part des Gatinois. «Les cinq premières minutes seront assez importantes, mais je crois que le temps de possession de rondelle dictera l'allure de la rencontre», a souligné Houle.

Même si on est conscient de l'importance de démarrer en force, du côté des Gatinois, ce sont les 60 minutes qui les intéressent. «On peut dire ce qu'on veut,  une partie, ça dure 60 minutes, a insisté Groulx. Pour nous, l'important c'est de sortir comme on peut. Si à la fin l'Armada gagne quand même, on leur donnera le crédit, mais ce que l'on souhaite, c'est de pouvoir élever notre jeu d'un cran. Pour le moment ç'a été deux parties faciles pour l'Armada et j'espère qu'on fera mieux ce soir.»

Les matchs impairs

Dans le monde du sport, on parle beaucoup de l'importance des parties impaires. Dans cette série, si l'Armada l'emporte, elle prendra une sérieuse option dans la série en prenant les devants 3-0, alors qu'à l'inverse, les Olympiques pourraient être de retour au plus fort de la lutte en amenant la série à 2-1.

«En séries éliminatoires, tous les matchs sont importants, mais je pense qu'à partir du troisième match, ce sont tous des septièmes matchs. Soit qu'une équipe se détache totalement ou qu'une autre va se rapprocher et, à partir de là, ce sont des matchs qui peuvent faire basculer la série d'un bord comme de l'autre», a précisé Groulx.

 

Lieux géographiques: Gatineau

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires