Candidat du PQ dans Mirabel: Denise Beaudoin priorisera le transport collectif

Reine
Reine Côté
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Si les électeurs la réélisent dans la circonscription de Mirabel, la péquiste Denise Beaudoin priorisera le développement du transport collectif, et cela, dès le 5 septembre.

La candidate péquiste dans Mirabel, Denise Beaudoin, pose ici en compagnie de Gérard Renaud, propriétaire de Groupe Renaud qui opère, entre autres, le circuit du Oka Express.

«Le transport, c'est un enjeu majeur dans Mirabel. Depuis que je suis députée, les gens m'interpellent à ce sujet», a affirmé Mme Beaudoin lors d'un point de presse, mercredi matin.

Malgré les navettes, taxis collectifs et stationnements incitatifs mis en place au cours des dernières années, l'offre demeure, selon elle, insuffisante, mal adaptée aux besoins et n'est pas interrégionale. La situation force, ajoute-t-elle, les gens à posséder plus d'une automobile alors qu'un système de transport mieux organisé faciliterait l'organisation de leur vie au quotidien.

À commencer par ceux qui se retrouvent coincés durant des heures à chaque jour sur des autoroutes congestionnées.

Mais pas seulement eux, tient à préciser Mme Beaudoin. Il y a, dit-elle, les parents qui doivent multiplier les déplacements pour aller chercher leurs enfants placés dans des CPE différents; les gens malades et sans automobile ne pouvant pas se déplacer pour recevoir des soins; des enfants de 4-5 ans forcés de prendre l'autobus pour se rendre en classe, alors qu'une école se trouve à proximité de la résidence familiale, des cas rapportés dans les secteurs de Sainte-Scholastique et Saint-Augustin, à Mirabel.

La candidate péquiste juge ces situations inacceptables, mais évitables avec un transport collectif mieux coordonné et bonifié. «L'accès à un transport collectif adéquat augmenterait sensiblement la qualité de vie des gens et, non la moindre contribution, serait un facteur déterminant pour la protection de l'environnement», fait-elle remarquer.

Mme Beaudoin a aussi inscrit à son agenda du 5 septembre le dossier «future gare de train de banlieue de Mirabel», dont le choix de l'emplacement a soulevé dernièrement la controverse.

La Ville de Mirabel proposait, rappelons-le, de construire la gare sur un terrain situé à la sortie 31 de l'autoroute 15, qu'elle comptait agrémenter de 800 stationnements. Or, le propriétaire est producteur agricole.

L'Union des producteurs agricoles (UPA) s'est donc opposée à ce choix, l'endroit étant protégé par la loi sur le zonage agricole en plus d'être une terre classée 2-3, soit parmi celles les plus fertiles. Se servant d'un article méconnu de la loi, la Ville a réussi à faire approuver son choix par la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ), mais voilà que ledit choix se retrouve maintenant entre les mains de l'Agence métropolitaine de Montréal (AMT).

Bref, le dossier n'est pas encore réglé. Mme Beaudoin s'engage toutefois à le «régler» le plus rapidement possible. Elle affirme avoir déjà consulté les élus à ce sujet. «Il faut que le choix de l'emplacement soit une décision concertée, que cela fasse l'affaire de tous les élus et représentants dans ce dossier.»

La députée sortante ne tient pas à ce que la situation de l'aéroport de Mirabel se répète. On se souviendra de la vive controverse entourant la construction de l'aéroport, qui avait notamment entraîné l'expropriation de plusieurs agriculteurs.

Organisations: PQ, Union des producteurs agricoles, Commission de protection du territoire agricole du Québec Ville de Mirabel Agence métropolitaine de Montréal AMT

Lieux géographiques: Mirabel, Sainte-Scholastique, Saint-Augustin

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires