Québec solidaire dans Mirabel: Mylène Jaccoud veut se tenir debout pour la santé

Martin
Martin Leclerc
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Dans le dernier droit vers la tenue du scrutin, le 4 septembre prochain, la candidate de Québec solidaire dans le comté de Mirabel, Mylène Jaccoud, a bien voulu partager son point de vue en matière de santé.

La candidate de Québec solidaire dans Mirabel, Mylène Jaccoud.

«Je constate que, depuis quelques années, on impose à la société québécoise une logique de l’utilisateur-payeur et une augmentation des tarifs dans les services publics, tels que hausse des tarifs d’électricité, hausse des frais de scolarité, taxe santé et ainsi de suite», a fait savoir, dans un communiqué de presse, la candidate.

«À compter de 2014, continue-t-elle, les tarifs d’électricité augmenteront de 20 % à 30 %, soit plus de 500 $ par année. Mais ce qui est moins connu, c’est la taxe santé. Tout comme les tarifs d’Hydro-Québec, elle ne tient nullement compte du revenu personnel. Une taxe inéquitable et régressive, car elle touche les pauvres encore plus durement.»

Mylène Jaccoud ajoute: «J’ai appris que la taxe santé de 200 $ par adulte est versée au Fonds Santé. Ce fonds sert présentement à payer des firmes de gestion dans les CSSS pour instaurer, au coût de un demi-million de dollars par CSSS, ce qu’on appelle le toyotisme dans la santé.» Ce qui a pour conséquence, selon la candidate, plus de tâches administratives pour le personnel médical et moins de temps pour fournir des services à la population.

Le gouvernement opère présentement, de dire Mme Jaccoud, une privatisation plus agressive par l’ouverture de cliniques privées, d’agences privées, de centres d’hébergement privés pour personnes âgées, par l’établissement de partenariats public-privé et ainsi de suite.

Québec solidaire dénonce haut et fort ces mesures néolibérales et propose une approche préventive en matière de santé. «La prévention, d’expliquer la candidate, ce n’est pas se retrouver à l’urgence d’un hôpital ou faire la file devant une clinique à 6 h le matin et ainsi voir un médecin différent à chaque fois.»

Mylène Jaccoud estime que la population de la circonscription de Mirabel doit avoir accès à des services professionnels de première ligne en CLSC, que ce soit en soins infirmiers, en nutrition, en soins psychologiques, en travail social, en ergothérapie, en physiothérapie, en médecine préventive ou en soutien aux auxiliaires familiaux.

Pour Québec solidaire Mirabel, la prévention doit être au centre de l’organisation des soins de santé et de services sociaux. «Selon moi, mentionne Mme Jaccoud, les personnes bien informées de leur état de santé sont mieux à même de se prendre en main que celles qui n'ont que des services de clinique sans rendez-vous.»

Finalement, Mylène Jaccoud rappelle que Québec solidaire propose en matière de santé de revoir le mode de rémunération à l’acte, qui récompense le volume plutôt que la qualité des soins, de revoir la répartition du travail entre les différents corps professionnels de la santé et des services sociaux, et de renforcer les services de première ligne en CLSC.

Organisations: Hydro-Québec, Fonds Santé

Lieux géographiques: Québec, Mirabel, CLSC

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires