Scrutin du 4 septembre: le maire se positionne...en faveur de Sainte-Anne-des-Plaines

Valérie
Valérie Maynard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

C’est connu, le maire de Sainte-Anne-des-Plaines, Guy Charbonneau, plaide d’abord en faveur de sa municipalité.

Le maire de Sainte-Anne-des-Plaines, Guy Charbonneau, invite non seulement les citoyens à voter, le 4 septembre, mais à choisir le candidat qui aura pris le plus d’engagements fermes en faveur de la municipalité.

Or, dans le contexte électoral actuel, le maire invite non seulement sa population à aller voter le 4 septembre, mais aussi et surtout à considérer le candidat qui aura pris les engagements les plus fermes à l’égard de Sainte-Anne-des-Plaines, en matière d’accès aux services de la Sûreté du Québec (SQ) et d’éligibilité à la Politique nationale de la ruralité (PNR).

«Nos dossiers sont très faciles à réaliser parce qu’ils se décident dans le bureau de chacun des ministres. Tout ce que ça prend, c’est une volonté politique», précise le maire Charbonneau, à propos de ces deux dossiers qui se traduiraient, le cas échéant, qui par de grandes économies, qui par l’accessibilité à de nouvelles subventions.

À ce jour, deux candidats sont venus rencontrer les élus municipaux et méritent par conséquent, selon le maire, l’attention des électeurs anneplainois: Daniel Ratthé, candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ), et Bernard Généreux, candidat du Parti québécois.

Les autres candidats, qu’ils soient d’Option nationale (Christian Bélanger), de Québec solidaire (Étienne Ferland), du Parti vert du Québec (Michel Sigouin), du Parti indépendantiste (Yan Bégin) ou du Parti libéral du Québec (Joao Neves), ne sont pas encore entrés en communication avec les élus, déplore M. Charbonneau.

Ce dernier s’est d’ailleurs montré particulièrement cinglant à l’endroit du candidat libéral. «Peut-être M. Neves n’a-t-il pas de voiture pour venir jusqu’ici? Peut-être ne s’est-il pas où se trouve Sainte-Anne-des-Plaines?» a-t-il soulevé.

Services policiers et Politique nationale de la ruralité

De façon encore plus spécifique, le conseil municipal demande aux candidats Ratthé et Généreux un engagement ferme, écrit et cosigné tant par le candidat que par le chef du parti en faveur de l’accès de Sainte-Anne-des-Plaines aux services policiers de niveau 1 offerts par la SQ. Or, à ce jour, et dans les deux cas, les engagements des candidats demeurent tacites.

Rappelons qu’une transition du Service de police intermunicipal de Terrebonne–Sainte-Anne-des-Plaines–Bois-des-Filion, niveau 2, vers la SQ, niveau 1,  représenterait, pour la municipalité, des économies annuelles de l’ordre de plus de un million de dollars.

Quant à la reconnaissance de Sainte-Anne-des-Plaines à l’intérieur de la Politique nationale de la ruralité, elle permettrait l’éligibilité de la municipalité aux subventions annuelles estimées, selon le maire, entre 150 000 $ et 250 000 $ pour la réalisation de divers projets ponctuels de développement, comme l’aménagement du parc des Méandres, par exemple, ou la construction d’une tour d’observation, ou encore l’aménagement d’un poste d’accueil sur la piste cyclable, cite-t-on. «Si nous sommes "agricole" à 92 %, nous sommes nécessairement "rural"», a tenu à faire valoir M. Charbonneau.

En terminant, le maire a émis le souhait que le 4 septembre, Sainte-Anne-des-Plaines se retrouve avec un député membre du parti au pouvoir, ce qui faciliterait grandement, plaide-t-il, les revendications justes et équitables déjà formulées.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires