Biométhanisation: Hélène Daneault met en doute la vision à court terme du gouvernement

Valérie
Valérie Maynard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Délaissant momentanément son sujet de prédilection (la santé), la candidate de la Coalition Avenir Québec (CAQ) dans Groulx, Hélène Daneault, a soulevé la question de l’implantation des usines de biométhanisation au Québec, dont la première a vu le jour à Saint-Hyacinthe.

Hélène Daneault, candidate de la Coalition Avenir Québec dans Groulx.

«En février dernier, le monde municipal a partagé ses préoccupations concernant le chantier gouvernemental sur la biométhanisation et le compostage des matières organiques. On souhaite que les municipalités emboîtent le pas pour valoriser les matières organiques, mais à quel prix et par où commencer?», se questionne celle qui siège également sur la Commission de l’environnement de l’Union des municipalités du Québec (UMQ).

Sans remettre en question l’implantation même de telles usines, Mme Daneault déplore plutôt le manque de vision d’ensemble de la problématique du gouvernement. «Qu’est-ce qu’on fait ensuite avec le compost? Et le gaz? Le gouvernement subventionne l’implantation de ces usines, mais après? On enfouit simplement le compost?», déplore-t-elle, rappelant qu’il n’existe actuellement aucun marché pour recevoir le compost.

De façon générale, Mme Daneault a assuré qu’un gouvernement de la Coalition Avenir Québec s’engagera à respecter les objectifs fixés par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, et à réduire d’au moins 25 %, sous le niveau de 1990, la production québécoise de gaz à effet de serre. «Un tel objectif ne doit pas être vu comme étant en contradiction avec des objectifs ambitieux de développement économique», a-t-elle avancé.

Car selon elle, croissance économique à long terme et épanouissement de la société sont indissociables de la protection de l’environnement, de l’adoption de comportements responsables en matière de consommation d’énergie et d’exploitation des ressources naturelles et d’adhésion aux principes du développement durable. «L’environnement, ça peut aussi être rentable. D’ailleurs, je ne comprends pas qu’on se pose encore la question et qu’on choisisse d’installer des calorifères électriques plutôt que de considérer la géothermie. Cessons de voir la dépense et pensons en termes d’économie à long terme», opine-t-elle.

«L’environnement, ça peut aussi être rentable.» Hélène Daneault

Retour sur le débat des chefs

Le point de presse de Mme Daneault s’est tenu au lendemain du débat des chefs. Invitée à commenter la performance livrée par son chef, François Legault, cette dernière s’est réjouie de l’attitude de M. Legault «qui s’adresse directement aux gens et qui pose de vraies questions.»

Quant aux sceptiques qui mettent en doute l’engagement de la CAQ de rendre accessible un médecin de famille par Québécois d’ici un an, Mme Daneault répond qu’elle y croit et qu’elle fait confiance au Dr Gaétan Barrette pour réussir. «Le Québec possède suffisamment d’effectifs médicaux. Ce n’est qu’une question de réorganisation du travail et de volonté politique», soutient-elle.

Organisations: Union des municipalités du Québec, Coalition Avenir Québec, Commission de l’environnement Groupe d’experts intergouvernemental

Lieux géographiques: Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires