Santé et services sociaux: le PQ veut s’attaquer à l’iniquité

Valérie
Valérie Maynard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Un gouvernement du Parti québécois s’attaquerait à l’iniquité qui perdure dans la région des Laurentides en matière de santé et services sociaux.

Le candidat péquiste dans Groulx, Raymond Archambault, recevait son collègue dans Borduas, Pierre Duchesne.

«Présentement, il y a un manque à gagner de 65 millions de dollars dans la région des Laurentides. Il était de 30 millions de dollars il y a sept ou huit ans», a déclaré le candidat péquiste dans Groulx, Raymond Archambault.

C’est donc un engagement réfléchi que prend le PQ, estime le candidat, qui serait financé en partie par l’abolition de la taxe de santé de 200 $ par personne (400 $ dans le cas d’un couple ou d’une famille). «Il suffit de déplacer l’assiette fiscale vers les mieux nantis de la société et d’enlever le fardeau qui pèse présentement sur la classe moyenne», explique-t-il. Une période de rattrapage devrait s’échelonner, selon lui, sur les quatre années que durerait un premier mandat.

Accompagné de l’ancien journaliste et candidat dans Borduas, Pierre Duchesne, M. Archambault a ainsi voulu mettre de l’avant l’esprit d’équipe qui règne au sein de son parti. «On veut démontrer qu’on forme une vraie équipe et qu’il existe un front commun parmi tous les candidats», a-t-il ajouté.

Du reste, tous les engagements pris par le PQ, insiste M. Archambault, sont le fruit d’une longue réflexion. «C’est une vieille approche que de faire des annonces subites sous prétexte qu’il y a une élection. Au Parti québécois, nos engagement sont mûris et maintenus, qu’on soit en élection ou pas», a-t-il fait valoir.

«Il suffit de déplacer l’assiette fiscale vers les mieux nantis de la société et d’enlever le fardeau qui pèse présentement sur la classe moyenne» Raymond Archambault

Selon lui, le Québec a besoin d’un gouvernement qui, non seulement défendra le bien commun, mais conservera également sa force de conviction, tant avant que pendant une période électorale.

Mixité public–privé

La rencontre a aussi permis à M. Archambault de faire le point sur la position ferme du PQ quant au projet-pilote de mixité public–privé proposé par la Coalition Avenir Québec (CAQ), entre autres. «Cette mixité n’est pas dans les plans du PQ», a-t-il soutenu. Les candidats Archambault et Duchesne s’entendent d’ailleurs pour qualifier d’aberration les profits de 5 millions de dollars réalisés l’an dernier, citent-ils, par l’Institut de l’œil de Boisbriand, alors que les ophtalmologistes opèrent des patients issus des hôpitaux de Saint-Jérôme et Saint-Eustache.

Quant à l’engagement de la CAQ de fournir un médecin de famille à tous les Québécois d’ici un an, MM Archambault et Duchesne ont une fois de plus uni leurs voix afin de dénoncer l’infaisabilité de la chose. «La CAQ et la candidate Hélène Daneault disent le contraire du président de l’Association des omnipraticiens du Québec. Soyons un peu réalistes», a conclu M. Archambault.

Organisations: Parti québécois, Coalition Avenir Québec, Association des omnipraticiens du Québec

Lieux géographiques: Région des Laurentides, Groulx, Québec Boisbriand Saint-Jérôme Saint-Eustache

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires