PLQ: accès à un médecin de famille pour tous d’ici 2016

Valérie
Valérie Maynard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Yves Bolduc, était de passage à Sainte-Thérèse, lundi dernier. Accompagné pour l’occasion de la candidate libérale dans Groulx, Linda Lapointe, ce dernier a tenu un bref point de presse afin de faire part des avancées réalisées en lien avec l’accès au système de santé.

La candidate libérale dans Groulx, Linda Lapointe, en compagnie du ministre Yves Bolduc.

«Il y a eu beaucoup d’améliorations progressives depuis sept ans. Nous devions d’abord récupérer le passé avant d’ensuite développer les services», pointe-t-il. Particulièrement dans la région des Laurentides, marquée, d’une part, par un important retard en termes de ressources, et d’autre part, par une forte croissance démographique.

D’où les investissements, indique le ministre, en faveur des deux centres hospitaliers de la région, notamment à Saint-Eustache dans le cadre des travaux d’agrandissement et de réaménagement de l’hôpital. À ceci s’ajoutera la création de deux unités de médecine familiale, l’une à Saint-Jérôme et l’autre à Saint-Eustache, ce qui, une fois à terme, favorisera, dit-il, un meilleur recrutement et une meilleure rétention des médecins. «Thérèse-De Blainville travaillera alors en collaboration avec l’unité de Saint-Eustache», a-t-il souligné.

Groupes de médecine familiale

En ce qui a trait au problème d’accessibilité, la solution passerait inévitablement par la création des groupes de médecine familiale (GMF), jumelée à la mise sur pied du programme de formation des infirmières praticiennes spécialisées, dont les premières cohortes sont déjà disponibles, et au projet de loi concernant la responsabilité pharmacienne.

«Nous devions d’abord récupérer le passé avant d’ensuite développer les services» Yves Bolduc

Sans oublier l’augmentation des admissions en médecine, lesquelles ont doublé au cours des dernières années, passant de 457 à 879. «Présentement, il manque 1 000 médecins au Québec pour répondre à la demande. Grâce à nos actions, environ 250 médecins de plus par année deviennent disponibles pour la pratique. D’ici 2016, tous les Québécois qui le souhaitent pourront avoir accès à un médecin de famille», a-t-il fait valoir.

Quant aux GMF, ils sont passés de 20, en 2003, à 245 en 2012. «D’ici décembre 2013, il y en aura 300», affirme le ministre. Ni lui, ni la candidate Lapointe n’ont cependant été en mesure de dire si Groulx figurait sur la liste des territoires dotés de GMF existants ou à venir. «C’est notre volonté et on regarde la possibilité avec les cliniques médicales en place», a cru bon d’ajouter M. Bolduc.

Invité à réagir aux propos de la candidate caquiste Hélène Daneault qui croit que l’embourbement du système de santé est le résultat d’une bureaucratie trop grande, M. Bolduc a rétorqué que lorsqu’on ne sait pas quoi dire, on accuse la bureaucratie. «Le Parti libéral est le seul à avoir investi dans les Laurentides», a-t-il conclu.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires