La CAQ dans Mirabel: la semaine de Sylvie D’Amours

Martin
Martin Leclerc
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

C’est entourée de son collègue de la circonscription de Deux-Montagnes, Benoît Charette, et devant une centaine de sympathisants enthousiastes et déterminés, que Sylvie D’Amours, candidate de la Coalition avenir Québec dans la circonscription de Mirabel, a procédé officiellement au lancement de sa campagne et à l’inauguration de son local électoral.

Le chef de la CAQ, François Legault, est venu à Mirabel en compagnie de sa candidate Sylvie D’Amours pour annoncer que s’il est élu, son gouvernement ajoutera une heure par jour à l’horaire des écoles secondaires.

Les premiers jours de la campagne électorale actuelle ont littéralement propulsé la Coalition avenir Québec à l’avant-scène, avec ses engagements et la nomination de quelques candidats connus du public.

Tout d’abord, l’équipe de François Legault a donné le ton avec son projet de loi sur l’intégrité dans la vie publique et la lutte à la corruption. Déterminés à faire de cet enjeu le projet de loi numéro un d’un éventuel gouvernement, les ténors caquistes n’hésitent pas à marteler jour après jour un discours condamnant le gouvernement libéral, qui, aux dires de la candidate de Mirabel, «n'a plus la légitimité pour gouverner».

Précédemment, M. Legault avait fait souffler un vent de changement et affiché un sens profond de la démocratie en proposant aux chefs des autres formations de participer à deux assemblées citoyennes afin de répondre directement aux questions des Québécois.

Puis, la Coalition a démontré sa volonté ferme de redresser la situation en santé en présentant une série de mesures responsables, réalistes et concrètes afin d'offrir à toutes les familles l'opportunité d'avoir un médecin. La nomination du Dr Gaétan Barrette comme candidat témoigne de la volonté affichée par la Coalition avenir Québec de s’attaquer aux déficiences du système de santé.

Enfin, samedi dernier, la Coalition s’est engagée à investir pas moins de 100 millions de plus pour soutenir la culture québécoise et ses artisans de toutes les régions. Sylvie D’Amours souligne à cet effet que cette mesure va beaucoup plus loin que tout ce que ses adversaires ont pu promettre jusqu’ici. «La culture est trop souvent considérée comme le parent pauvre à l’intérieur de la plupart des budgets d’État. Nous, à la Coalition, croyons fermement qu’il s’agit là d’un des remparts les plus probants de notre identité et qu’il incombe à tous les gouvernements responsables de lui conférer non seulement l’importance qui lui revient, mais aussi toutes les subventions et tous les subsides nécessaires», d’avancer celle dont les arts et la culture font partie intégrante de son mode de vie et de son modèle d’affaires.

Dévoilant sur une base quotidienne plusieurs candidatures de prestige, dont celles de Jacques Duchesneau (Saint-Jérôme), du Dr Gaétan Barrette, de l’homme d’affaires Christian Dubé, de l’ingénieure Maud Cohen, de la Dre Hélène Daneault (Groulx) et de la communicatrice Claire Samson, la Coalition avenir Québec occupe désormais une place de choix sur l’échiquier politique québécois.

«La campagne est très bien partie, et nous entendons la poursuivre avec élan et détermination», explique Sylvie D’Amours. Les engagements de la Coalition avenir Québec ont été chaleureusement accueillis dans la grande région des Laurentides et notre équipe de candidats va les concrétiser, en lien avec le changement qu’incarne la Coalition et ce que désirent les Québécois.»

Organisations: Coalition, Groulx

Lieux géographiques: Québec, Mirabel, Saint-Jérôme Région des Laurentides

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Louise Martin
    16 août 2012 - 08:38

    Bonjour Mme D'amours, En 1982, le parti Québécois a voté une loi mettant fin à l'indexation des rentes de retraites de ses fonctionnaires. Depuis ce temps, les retraités ne cessent de s'appauvrir, entrainant par le fait même une diminution de leur pouvoir d'achat. En admettant que vous soyez consciente qu'une partie de la Caisse de dépôt appartient aux fonctionnaires, qu'est-ce que votre parti prévoit faire pour corriger la situation et redonner aux retraités ce qu'il leur appartient ? J'ai besoin d'un engagement clair de votre part pour prendre ma décision avant le 4 septembre. Merci de votre attention.