Pauline Marois mise sur la jeunesse et l’expérience

Valérie
Valérie Maynard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le jour même du déclenchement des élections, le mercredi 1e raoût, la chef du Parti québécois, Pauline Marois, tenait son premier rassemblement militant, à Blainville.

De passage à Blainville pour le premier rassemblement militant du Parti québécois de la campagne, le mercredi 1er août, la chef Pauline Marois est venue présenter son équipe de candidats des régions de Laval et des Laurentides. Parmi eux, nous reconnaissons Léo Bureau-Blouin, candidat dans Laval-des-Rapides et Bernard Généreux, candidat dans Blainville.

«Enfin, nous y voilà! Le moment est venu de mettre fin au régime libéral de Jean Charest. Le moment est venu de changer la trajectoire du Québec», a-t-elle lancé devant une salle bondée, avant de présenter les députés et candidats des régions de Laval et de Laurentides, «ceux et celles qui bientôt changeront le destin du Québec.»

Parmi eux, deux candidats ont retenu l’attention, le premier pour sa fougue et sa jeunesse, Léo Bureau-Blouin, candidat dans Laval-des-Rapides, le second pour son expérience et ses convictions, Bernard Généreux, candidat dans Blainville, «l’un des intervenants les plus solides au Québec en matière de politique municipale», a-t-elle précisé.

Ces deux candidats, à eux seuls, dit-elle, représentent les assises sur lesquelles reposent toute la campagne du Parti québécois: la jeunesse et l’expérience. «Nous faisons une alliance pour chasser le gouvernement libéral de Jean Charest avec toutes les générations du Québec, incluant celle de la jeunesse. Le PQ a tout ce qu’il faut pour être choisi par les Québécois», a mentionné Mme Marois.

Prête comme jamais

Gonflée à bloc par les récents sondages qui mettent le Parti québécois en tête de liste dans les intentions de vote des Québécois, Mme Marois, dans un discours empreint de fierté et d’appartenance, s’est dite «prête comme jamais» à vivre cette campagne et à mener ses troupes à la victoire. «Contrairement au Parti libéral de Jean Charest qui présente une équipe usée, incapable d’attirer la relève, le PQ propose une équipe constituée de gens compétents et passionnés. Nous avons réuni les meilleurs talents, et ce, dans tous les domaines. Je dirais même que c’est une équipe de rêve», a-t-elle ajouté.

«Le PQ a tout ce qu’il faut pour être choisi par les Québécois» Pauline Marois

Mme Marois a aussi profité de la tribune pour écorcher au passage le parti de François Legault, la CAQ. «Il ne suffit pas juste de changer les têtes et de continuer dans la même direction. Il y a une option pour ça et ça s’appelle les caquistes. Les caquistes, ce sont des libéraux», a-t-elle affirmé.

Selon elle, si Jean Charest a renoncé à se battre pour le Québec, François Legault a renoncé à ses convictions. «C’est le temps de voter pour un pays où ce sera à nous choisir. De choisir la liberté. Notre liberté», a-t-elle conclu sous les applaudissements de la foule.

Parmi les députés et candidats qui accompagnaient Mme Marois, mentionnons ceux des Basses-Laurentides, nommément Denise Beaudoin, députée dans Mirabel, Daniel Goyer, candidat dans Deux-Montagnes, Bernard Généreux, candidat dans Blainville et Raymond Archambault, candidat dans Groulx.

Organisations: Parti québécois, Parti libéral de Jean Charest

Lieux géographiques: Québec, Blainville, Laval Laurentides Laval-des-Rapides Mirabel Deux-Montagnes

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • priscillia laplante
    04 août 2012 - 10:44

    Choisir ça veut aussi dire avoir le courage de ses convictions, quels sont les positions du PQ sur les frais de scolarité? Et qu'en est-il de ce référendum, idée maintenant floue, laissée aux oubliettes? J'aimerais entendre les candidats sur ces questions, parce que, selon moi, ce dont nous avons besoin, c'est d'un partit qui se tindra DEBOUT pour la population qui n'a pas les outils pour se faire entendre.