Une courtepointe géante pour souligner le 50e anniversaire de Développement et Paix

Christian Asselin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Lors du dévoilement de la courtepointe à Blainville, on reconnaît, de gauche à droite, abbé Pierre Bergevin, Marc Rioux, président du conseil d’administration du conseil diocésain de Développement et Paix, Mgr Pierre Morissette, Andrée Turgeon, du conseil diocésain de Développement et Paix, Pierre Leclerc, membre de Développement et Paix, et Marie-Sophie Villeneuve, animatrice régionale.

Afin de souligner le 50e anniversaire de Développement et Paix, un organisme créé en 1967 par la Conférence des évêques catholiques du Canada, ses différents conseils diocésains, implantés un peu partout au Canada, contribueront à la fabrication d’une immense courtepointe. La pièce créée par le groupe local a été dévoilée à Blainville, le 4 février.

Développement et Paix a énormément évolué au fil des ans. L’organisme compte aujourd’hui plus de 10 000 membres à travers le pays et soutient plus de 100 organismes locaux. Ces derniers œuvrent dans une trentaine de pays et s’impliquent dans différents domaines telles l’agriculture, l’éducation, la participation citoyenne et la défense des droits humains.

«Nous n’envoyons pas de coopérants dans les pays en voie de développement, a indiqué Pierre Leclerc, un Thérésien impliqué au sein de Développement et Paix depuis de nombreuses années, pour expliquer la mission de l’organisme. Nous appuyons plutôt financièrement des partenaires au Sud, des gens qui connaissent la réalité du milieu. Ceux-ci montent des projets et nous demandent du financement pour les réaliser

Plusieurs des partenaires appuyés par Développement et Paix au cours des 50 dernières années ont reçu le prix Nobel de la Paix. Nelson Mandela est l’un d’eux.

Des projets concrets

Dans les Laurentides, l’organisme Développement et Paix est bien représenté au sein de quelques groupes locaux, à Saint-Jérôme, Saint-Eustache et Sainte-Thérèse, notamment. Andrée Turgeon est sur le conseil diocésain de l’organisme. Si elle a décidé de s’impliquer au début des années 90, c’est qu’elle s’identifiait à cette cause.

«Je suis tombée en amour avec la vision de Développement et Paix, a-t-elle lancé. J’aimais la vision sociologique et politico-économique sur laquelle s’appuyait l’organisme. Ce qui m’a frappée est que nous ne boycottions personne. Cette sagesse-là m’a beaucoup attirée.»

Mme Turgeon a aussi dit apprécier le fait que les projets appuyés par l’organisme respectaient ses valeurs.

«Est-ce que le projet qui nous est soumis respecte la femme et la communauté. Est-il réalisé dans la dignité? Ce sont des facteurs pris en compte lorsque vient le moment d’appuyer ou non un projet qui nous est soumis», a-t-elle indiqué.

«Nous appuyons aussi des coalitions, des mouvements de changements sociaux qui vont engendrer de réels changements au Sud», de renchérir Pierre Leclerc. À titre de membres du conseil national de l’organisme, il y a de cela quelques années, il a été à même de constater que les actions posées ici, au Canada, aidaient vraiment les peuples du Sud.

«C’est une façon très très concrète pour les gens en église, entre autres, de donner des mains à leur foi, a-t-il ajouté. J’ai vu de nombreux partenaires nous solliciter et les projets que nous avons appuyés, dans lesquels on a mis des sous, ont vraiment changé les choses. Tu fais partie de la solution.»

Samedi, au Petit Peuple à Blainville, a été dévoilée, en présence de Mgr Pierre Morissette, de l’abbé Pierre Bergevin et de quelques membres du conseil diocésain, la courtepointe créée pour marquer les 50 ans de Développement et Paix. Imaginée par une artiste de Saint-Jérôme et brodée à Saint-Eustache, la pièce de 24 pouces carrés sera intégrée à une courtepointe qui se promènera de Vancouver à Terre-Neuve au cours de l’année 2017.

«Nous sommes à la recherche de gens croyants, qu’importe leur religion, qui sont prêts à passer à l’action, a conclu Andrée Turgeon. Si ta foi n’est pas en œuvre, ta foi est morte. Il y a des gens dont les fesses sont collées sur un banc d’église, mais qui ne font rien tandis que d’autres que je rencontre dans la société ne le savent pas, mais ils sont pratiquants.»

Pour en apprendre davantage, il suffit d’appeler Mme Turgeon au 450 437-0904.

 

Lieux géographiques: Saint-Jérôme, Saint-Eustache, Laurentides Sainte-Thérèse Canada Blainville Vancouver Terre-Neuve

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires