Des collusionnaires actifs à Blainville? Le maire Cantin réagit

Valérie
Valérie Maynard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le 15 octobre dernier, Lino Zambito, dans le cadre de son témoignage à la Commission Charbonneau, a laissé entendre que des collusionnaires seraient actifs dans plusieurs villes de la banlieue nord de Montréal, dont Saint-Jérôme, Mascouche, Terrebonne et, plus près de nous, Blainville, grâce à des ententes entre les bureaux d'ingénieurs et les constructeurs.

Le maire de Blainville, François Cantin.

M. Zambito a aussi suggéré à la Commission de faire des études afin de déterminer quelles entreprises en construction et quelles firmes de génie obtiennent des contrats dans ces municipalités. «Les chiffres vont parler», a-t-il dit.

Le maire de Blainville, François Cantin, a commenté ces allégations le jour même, par le biais d’un communiqué envoyé à nos bureaux. «La Ville de Blainville travaille avec plusieurs firmes de génie-conseil. Nous avons aussi un service du Génie qui emploie plus de 10 personnes pour la surveillance et la gestion des contrats. Aujourd’hui, c’est toute l’industrie de l’ingénierie qui est mise sur la sellette», a-t-il déclaré d’entrée de jeu.

De fait, le maire déplore que chaque entreprise de génie avec qui la Ville de Blainville travaille fasse ainsi les manchettes. «Cela devient de plus en plus difficile pour nous d’y voir clair. Je peux dire, pour rassurer les citoyens, que nous nous sommes déjà engagés au cours des dernières années dans une démarche majeure de révision de nos règles de gouvernance en vue d’une certification éthique novatrice tout en mettant en œuvre une politique de gestion contractuelle contraignante pour les fournisseurs et un code d’éthique rigoureux pour le personnel. Tout ce que nous pouvions faire en ce sens légalement, nous l’avons fait», a-t-il ajouté.

«Blainville travaille avec plusieurs firmes de génie-conseil. Aujourd’hui, c’est toute l’industrie de l’ingénierie qui est mise sur la sellette» François Cantin

Rigueur et législation

Un peu plus loin, le maire Cantin affirme que la rigueur des professionnels faisant affaire avec la Ville est une exigence non négociable. «Blainville est une ville importante où il y a beaucoup de travaux d’infrastructures. Je ne suis pas surpris de constater que les entrepreneurs soient intéressés à y travailler. C’est pourquoi nous nous sommes toujours fait un devoir de respecter des règles très strictes en matière d’appels d’offres. Par exemple, chaque contrat fait l’objet d’une vérification de notre contentieux, ce qui me rassure sur la gestion des mandats de la Ville», a-t-il fait valoir.

Le maire se dit toutefois surpris de constater l’ampleur des allégations de M. Zambito et souhaite que des mesures extraordinaires soient entreprises par le gouvernement du Québec afin de faire toute la lumière sur les liens entre les entrepreneurs et les firmes de génie-conseil dans le milieu municipal.

«Il y a des limites à ce que nous, gestionnaires des fonds publics, pouvons faire pour éviter des pratiques occultes qui sont décrites à la Commission Charbonneau. Il nous faut à tout prix de nouvelles règles et de nouveaux pouvoirs législatifs pour faciliter notre travail et celui de nos fonctionnaires», a-t-il conclu.

Organisations: Ville de Blainville, Commission Charbonneau

Lieux géographiques: Blainville, Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires