Travaux publics Rosemère: Sylvain Arsenault questionne l'embauche du nouveau directeur

Corinne Guimont
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Lors d’une séance extraordinaire du conseil municipal de Rosemère, tenue le 15 octobre, le candidat à la mairie Sylvain Arsenault a questionné l’embauche du prochain directeur des Services techniques et travaux publics, l’ingénieur Jean-Philippe Lemire, qui aurait été cité à comparaître devant son comité de discipline.

Une nouvelle diffusée par Radio-Canada, le 9 octobre dernier, indiquait effectivement que 11 ingénieurs, dont M. Lemire, devront se présenter en audience, les 27 et 28 novembre prochain, pour des activités liées à du financement politique douteux. Ces ingénieurs étaient à l’embauche d’Axor, groupe ayant plaidé coupable, en août 2010, à une quarantaine d’infractions à la Loi électorale du Québec concernant des dons.

Cette nouvelle sortait un peu avant la tenue de la dernière séance extraordinaire du conseil, qui a présenté un avis de motion selon lequel un code d’éthique et de déontologie des employés de la Ville serait présenté afin d’entrer en vigueur en décembre prochain.

M. Arsenault a salué l’adoption prochaine de ce code, lors de la période de questions, avant de demander au conseil s’il avait eu connaissance que Jean-Philippe Lemire avait été cité à comparaître devant le comité de discipline de l’Ordre des ingénieurs du Québec.

La chose semblait avoir échappé aux élus rosemèrois, puisque le conseil a répondu qu’il avait procédé à des vérifications et qu’il ne s’agissait pas de la même personne. La situation a rendu perplexes M. Arsenault et un autre citoyen présent, l’ingénieur Alain Cazavant. Ce dernier a lui-même procédé à une vérification sur le site de l’Ordre des ingénieurs, où il n’existe qu’un seul Jean-Philippe Lemire.

Des questions posées à la conseillère Madeleine Leduc à la toute fin de la soirée sur cet état de fait l'ont fait réagir. Cette dernière a réaffirmé que des vérifications sont faites lors de l’embauche d’un candidat et que M. Lemire avait été choisi pour son excellente entrevue. Mme Leduc ajoutait que, compte tenu des propos de M. Arsenault, une vérification supplémentaire sera faite.

«Je suis déçu de la réaction du conseil, s’est exprimé Sylvain Arsenault. J’ai appelé M. Lemire directement, ce matin (mardi 16 octobre), et lui ai posé la question. Il s’agit bien de lui. Je me questionne sur le processus d’embauche et les processus de vérification de la Ville de Rosemère concernant l’intégrité des gens qui viennent y travailler», a-t-il déclaré en entrevue téléphonique, au lendemain de la séance.

Le journal a également contacté M. Lemire par téléphone, lequel confirme être le prochain directeur des travaux publics de Rosemère et celui qui a été appelé devant le comité de discipline. Il ajoute: «C’est moi, indirectement (en faisant référence à sa comparution), car il n’y a rien dans mon dossier personnel, aucune accusation. J’ai pris connaissance de ces allégations, que je nie, la semaine dernière. J’ai été choqué, très choqué. Je n’ai rien à me reprocher. Ça arrive dans un contexte de changement d’emploi et ce n’est vraiment pas plaisant», a-t-il déclaré.

Pour Sylvain Arsenault, ces évènements mettent le conseil municipal dans l’embarras. Il suggère qu’on devrait au moins attendre le verdict à propos de M. Lemire avant de procéder à son embauche, prévue pour le début du mois de novembre.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires