L’homme qui ramassait des bouteilles: deux millions pour Monsieur Coco

Luc
Luc Proulx
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Nous vous avions déjà présenté Jacques Lévesque, alias Monsieur Coco, un Boisbriannais de 67 ans qui marche de 9 à 12 kilomètres par jour, à la suite d’un ACV qui le forçait à la retraite et qui, depuis, ramasse bouteilles et cannettes au fil de ses randonnées, afin de venir en aide aux démunis. Or, notre homme vient le franchir le cap des deux millions!

Monsieur Coco a amassé et fait le tri de deux millions de cannettes et bouteilles vides pour venir en aide aux plus démunis.

Ne serait-ce que pour ses vertus écologiques, déjà l’initiative serait valable, mais il faut surtout savoir que le bénévole vend ses millions de bouteilles et cannettes vides à la Boucherie Côté, qui comptabilise les gains afin d’offrir l’équivalence en viandes à des gens pauvres référés par les paroisses.

L’homme, qu’on appelle affectueusement Monsieur Coco, depuis qu’il a subi trois opérations au cerveau qui l’avaient laissé partiellement paralysé, amasse aussi goupilles de cannettes et attaches à pain qu’il remet à la Fondation Clermont Bonnenfant, afin de pourvoir les handicapés démunis en fauteuils roulants, cannes et marchettes.

Ce sont en fait 40 millions d’items que Monsieur Coco a ramassés dans l’environnement, en arrachant les goupilles des cannettes dans son cabanon et en triant le tout pour redistribuer les bénéfices aux moins nantis.

Il appuie également la recherche pour soigner les malades, notamment en remettant annuellement 250 $ à la recherche sur le cancer, également pour Opération Enfant Soleil et le même montant pour contrer la leucémie.

En fait, voilà un quart de siècle que l’ancien col bleu de la Ville de Montréal s’implique auprès des itinérants et des femmes violentées, avec sa conjointe Monique, laquelle tricote pour les enfants de Sainte-Justine. Les Fermières de Sainte-Thérèse leur sont aussi d’une grande aide.

Grand croyant, Monsieur Coco allègue ce qui suit: «On nous a donné la chance à tous deux d’avoir la santé, alors pourquoi ne pas donner aux autres et leur faire du bien? Leur donner du bonheur, de la joie de vivre et leur accrocher un sourire, c’est gratuit et gratifiant», termine notre invité.

Voilà donc 17 ans que ce grand marcheur fait sa tournée quotidienne et les gens sont de plus en plus nombreux à l’appuyer dans son bénévolat, notamment le dépanneur Couche-Tard ainsi que André Hubert, chez Provigo, et Monsieur Coco tenait tout particulièrement à remercier ces gens tout en encourageant les autres à suivre son exemple.

«À tous les malades que je rencontre, jour après jour, je dis: c’est dans la prière et la foi qu’on récolte le réconfort et la santé. Ne lâchez pas! Dieu et moi sommes à vos côtés», témoigne celui qui a justement récupéré la santé en aidant les autres. Et ça marche.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Camil breau
    20 octobre 2012 - 14:10

    J'ai eu le plaisir de faire connaissance avec monsieur Coco le 2 octobre 2012. Ayant entendu parler de lui de chez moi, dans la Peninsule Acadienne au Nouveau Brunswick, je lui ai remis des goupilles de cannettes que j'accumulais depuis des années!! Il mérite le beau témoignage que vous lui faites dans votre rapportage!!! Bravo !! Camil Breau