OGM: Laurin Liu prône l’étiquetage obligatoire

Valérie Schmaltz
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Une étude publiée récemment dans la revue Food and Chemical Toxicology, sur la dangerosité des aliments modifiés génétiquement, a semé l’émoi dans la communauté scientifique. Bien que la qualité de cette étude ne fasse pas l’unanimité au sen de celle-ci (certains scientifiques y voient un coup fumant), la députée de Rivière-des-Mille-îles, Laurin Liu, a pris position sur cette question et défend l’argument de l’étiquetage obligatoire.

La députée de Rivière-des-Mille-îles, Laurin Liu, prône l’étiquetage obligatoire des aliments transgéniques.

«Depuis plusieurs années, nous demandons au gouvernement Harper un étiquetage obligatoire des aliments transgéniques, car nous croyons que le consommateur doit avoir le droit de choisir et surtout de savoir ce qu’il a dans son assiette», souligne la députée.

Cette demande, qui reste sans réponse depuis le début, reste un enjeu pour le NPD qui souhaite ainsi «agir par précaution.»

«Cette recherche a suscité la controverse, elle est contestée, il n’y a donc pas de consensus. Nous n’avons pas pris position sur l’étude, mais avons constaté des incertitudes, d’où notre principe de précaution», poursuit-elle.

La réalité agricole

Si les agriculteurs bio s’inquiètent des risques liés à la contamination de leurs terres par les OGM, Mme Liu tient à rappeler que l’étiquetage ne doit pas donner mauvaise presse aux agriculteurs et encore moins les contraindre à assumer des coûts supplémentaires.

Parce que les préoccupations des agriculteurs sont belles et bien là et qu’il faut leur offrir un soutien adéquat, la députée de Rivière-des-Mille-Îles croit qu’il faut davantage valoriser les petits producteurs en évitant l’exploitation de type Monsanto.

«Il y a une préoccupation environnementale et au niveau de la santé, avec les produits Monsanto. Je ne pars pas une guerre contre lui, mais il ne faut pas obliger les producteurs à utiliser des produits OGM», de conclure Laurin Liu.

Organisations: Monsanto

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • walter benjamin
    12 octobre 2012 - 13:49

    Le combat contre les ogm en champ ouvert est en train de gagner dans le monde: la Russie a interdit toute importation, la Californie va imposer un étiquetage sur les produits contaminés par les ogm dès novembre, des Landers allemands interdisent des ogm, l'Inde est en pleine bascule anti ogm après des scandales de corruption retentissants, etc, etc. L'action de Monsanto est en baisse : qui voudra acheter des produits étiquetés ogm? Je ne connais personne qui est prêt à en acheter. Déjà, les éleveurs s'inquiètent et vont refuser le soja ogm pour échapper à l'étiquette ogm sur leurs bêtes qui seront invendables. Ils vont changer de produit d'alimentation pour leur bétail. Ceux qui ne le feront pas à temps seront ruinés. Personne ne voudra risquer une deuxième crise de la vache folle. Rappel: les ogm monsanto sont faits pour résister aux pesticides et donc en concentrent un maximum, ou bien ils produisent eux même des toxines dangereuses pour la santé. Une autre agriculture est possible aujourd'hui. La clé, c'est l'étiquetage des produits contaminés. On a le droit de savoir ce qu'on mange. Monsanto a toujours refusé cet étiquetage. Ils savent la toxicité de leurs produits comme les fabricants d'amiante savaient la toxicité de leur produit depuis des dizaines d'années avant d'être condamnés.