Semaine pour l’école publique: un bien commun à promouvoir

Valérie
Valérie Maynard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles (CSSMI), par la voie de sa présidente, Paule Fortier, et de concert avec la Fédération autonome de l’enseignement, a procédé, le lundi 1er octobre, au lancement régional de la 4e édition de la Semaine pour l’école publique, qui se déroule cette année du 30 septembre au 5 octobre.

Pour une quatrième année consécutive, c’est Claire Pimparé qui assume le rôle de porte-parole de la Semaine pour l’école publique.

Étaient également présentes Joanne Bertrand, présidente du Syndicat de l’enseignement de la Seigneurie-des-Mille-Îles (SESMÎ), Sylvie Turgeon, vice-présidente du Syndicat de l’enseignement secondaire des Basses-Laurentides (SESBL), de même que Claire Pimparé, porte-parole de l’évènement pour une quatrième année consécutive. «C’est un immense privilège, pour moi, de pouvoir parler de la qualité de l’école publique et de participer à la mettre en valeur par ma présence dans les médias et en participant à plusieurs évènements organisés pour cette occasion», a-t-elle débuté.

En font partie ce lancement régional, effectué à l’école de la Seigneurie, à Blainville, et cette rencontre prévue le soir même, entre Mme Pimparé, entre autres, et plusieurs enseignants de la région. «Le travail de nos enseignantes et enseignants est exceptionnel. Il faut le dire», a-t-elle insisté, soulignant que 88 % des enfants du Québec fréquentent l’école publique. «Quand on pense à l’école publique, on pense d’abord au primaire et au secondaire. L’école publique, c’est aussi l’éducation des adultes et la formation professionnelle, des secteurs où se concrétisent les rêves des milliers d’élèves», a-t-elle ajouté. Un bien commun à promouvoir, donc, et un «joyau qu’on ne doit pas tenir pour acquis».

Une école pour tout le monde

Sous le thème Une école pour tout le monde, la Semaine pour l’école publique se révèle l’occasion de souligner la contribution de l’éducation publique au développement de la société québécoise et encourager les écoles primaires, secondaires et centres de formation à promouvoir le système d’éducation dans leur milieu respectif, en faisant notamment connaître leurs projets de qualité, leurs succès et leurs bons coups. «L’école publique mérite qu’on la célèbre. Ce n’est pas seulement un lieu pour s’instruire et se scolariser. Elle permet aussi de s’éduquer et de socialiser», a tenu à mentionner Sylvie Turgeon, vice-présidente du SESBL qui, outre le secteur secondaire, représente aussi les enseignants des secteurs de l’éducation aux adultes, de la formation professionnelle et du milieu carcéral.

De son côté, la présidente du SESMÎ, Mme Bertrand, croit que l’école publique incarne nos idéaux de justice et d’égalité, du fait qu’elle dispense une éducation de qualité et qu’elle est universelle, gratuite, accessible, égalitaire et riche en services et en encadrement.

«La Semaine pour l’école publique est un évènement important qui a pour but de nous aider à préserver les acquis importants que nous a donnés l’école publique. Nous croyons profondément qu’à la base de toute société, il y a son système d’éducation qui a les moyens de ses ambitions et qui est pleinement accessible à toutes et à tous», a-t-elle fait valoir.

Pour connaître les milieux de vie des écoles et des centres de la CSSMI, vous êtes invité à visiter le [www.cssmi.qc.ca].

Organisations: Syndicat de l’enseignement secondaire des Basses-Laurentides, SESBL

Lieux géographiques: Blainville, Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires