Le Bois de Belle-Rivière: une oasis pour la faune ailée

Bernard Cloutier
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Grand boisé ceinturé de territoires agricoles, le Parc régional éducatif du Bois de Belle-Rivière, à Mirabel, est une véritable oasis pour les oiseaux des Basses-Laurentides et les volatiles en migration.

Le roitelet à couronne rubis.

Au fil des ans, plus de 130 espèces d’oiseaux ont été répertoriées dans cet espace vert d’une superficie de plus de 175 hectares. Bien que certaines espèces aient déjà mis le cap vers le sud, la faune ailée se déploie en plusieurs familles qui peuvent être observées en automne. Les grives, les bruants et les roitelets, entre autres, visitent le site au cours de leur trajet migratoire vers le sud.

En scrutant les bosquets et les buissons, on peut déceler le bruant à gorge blanche, célèbre pour son refrain: Où es-tu Frédéric, Frédéric, Frédéric? En automne, notre interprète ne chante pas, mais il se démarque en toute saison par sa gorge blanche surmontant une poitrine grisâtre, ses raies sur la tête et son dos brun.

Au sommet des érables, on peut voir voltiger le roitelet à couronne rubis, un oiseau qu’on observe principalement dans les conifères au cours de l’été. Oiseau ténu, plus petit qu’une mésange, le roitelet porte mal son nom puisque sa couronne rubis ou rouge est très difficile à repérer. De plus, la femelle arbore une tête entièrement verte. Le mâle et la femelle se distinguent par une poitrine olive, un dos verdâtre et un cercle blanc autour de l’œil.

À l’occasion, on y rencontre également le roitelet à couronne dorée, un oiseau au ventre blanc et au dos vert, aux flancs marqués de bandes blanches. Le mâle porte une calotte orange, alors que la femelle affiche une couronne jaune ou dorée.

Au sol, parmi les feuilles mortes, on peut voir la grive solitaire, d’une taille légèrement inférieure au merle d’Amérique. Cette grive présente une poitrine tachetée de gros points noirs, un dos brun et une queue rousse.

Outre les oiseaux de passage, le parc accueille à longueur d’année plusieurs espèces d’oiseaux, tels le pic chevelu, la sittelle à poitrine blanche, le geai bleu, le chardonneret jaune et la gélinotte huppée.

L’hiver, de nouveaux représentants fréquentent l’endroit, grâce à la présence de mangeoires remplies de tournesol et de chardon. Parmi les visiteurs de la saison froide, mentionnons le junco ardoisé, le bruant hudsonien, le tarin des pins et le durbec des sapins.

L’entretien de ces mangeoires est assuré par le Club d’ornithologie de Mirabel, qui a établi son nid au bois de Belle-Rivière. Le club offre plusieurs activités au grand public, dont une journée d’initiation à l’observation des oiseaux organisée chaque printemps.

Festival de couleurs

À l’occasion de la fin de semaine de l’Action de grâces, le parc présente le Festival des couleurs, les 6 et 7 octobre.

Un programme d’animation destiné à toute la famille est à l’horaire, sans oublier les activités habituelles comme le vélo, la randonnée pédestre et la randonnée équestre.

L’hiver, on peut y pratiquer la raquette, la glissade et le ski de fond sur un sentier de sept kilomètres.

Prix d’entrée: adulte: 4 $. Enfant (6 à 16 ans): 1 $.

Le parc est situé au 9009, route Arthur-Sauvé, Mirabel. Téléphone: 450-258-4924 ou 450-258-0085, Site Web: [www.boisdebelleriviere.com].

Journaliste indépendant pour divers magazines et autodidacte dans l’apprentissage de l’ornithologie, Bernard Cloutier est membre de la Société ornithologique de Lanaudière. Il est aussi animateur, guide et conférencier. Pour lui écrire: b.clou@hotmail.com

Organisations: Club d’ornithologie de Mirabel, Société ornithologique de Lanaudière

Lieux géographiques: Route Arthur-Sauvé, Site Web

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires