Soirée pour contrer et dénoncer la cyberintimidation: «Dans l’ignorance, j’encaissais» —

Valérie
Valérie Maynard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La Maison des jeunes de Blainville, de concert avec un groupe de jeunes filles, est à développer un nouveau projet pour contrer la cyberintimidation.

Jessica Giroux-Rock fait partie des trois jeunes filles instigatrices du projet. Absentes lors de la photo, Mary-Lynn Giroux-Rock et Carolanne Bouchard.

Ensemble, jeunes et intervenants y racontent leurs histoires personnelles ou celles de leurs proches afin de sensibiliser les jeunes, mais aussi les adultes, à cette dure réalité que vivent trop de jeunes. «Dans l’ignorance, j’encaissais», a dit une jeune victime.

Or, grâce à cette démarche, on espère faire une différence. «La cyberintimidation est tellement présente dans nos vies qu’on finit par croire qu’elle est normale. Mais elle ne l’est pas», pointe l’une des jeunes instigatrices du projet, Jessica Giroux-Rock.

Au final, six histoires de cyberintimidation ont été écrites et imprimées sur des signets. À l’endos figurent des outils, des ressources et de l’information. Au coût de 1 $ chacun (ou 5 $ pour les 6), ces signets sont vendus à la Maison des jeunes de Blainville, située au 7, 70e Avenue, et auprès du travailleur de milieu de Blainville.

Bal en bleu contre la cyberintimidation

Parallèlement à la vente de ces signets, un évènement, le Bal en bleu contre la cyberintimidation, se tiendra le vendredi 21 septembre prochain, en plein air, au parc Jacques-Viger, à Blainville, à compter de 19 h 30. Réservée aux 12 à 17 ans, la soirée se déroulera à l’extérieur, beau temps, mauvais temps. Le prix d’entrée? Les six signets, également vendus ce soir-là à l’entrée du site.

«C’est une soirée où les jeunes pourront démontrer fièrement qu’ils sont contre la cyberintimidation ainsi que toutes autres formes d’intimidation. Le bleu est signe de la non-violence, donc voilà pourquoi le thème est relié au bleu. Une touche argentée agrémentera le décor de la soirée. Les jeunes pourront donc s’habiller avec ces deux couleurs pour assister à la soirée», indique Marie-Perle Brunet, intervenante à la Maison des jeunes.

Sur place, un DJ assurera l’ambiance musicale, pendant que des capsules vidéo pour dénoncer la cyberintimidation défileront tout au long de la soirée. Sont également prévues à l’horaire de la soirée, la lecture de témoignages et la création d’un graffiti. Les jeunes auront aussi accès à un service de cantine mobile.

Plusieurs partenaires soutiennent les jeunes dans ce projet, notamment la Ville de Blainville, le FLIJ, le comité Réalité-Ados de Blainville, la sécurité publique de Blainville, Labelle Cantine, Voyou Communications, Unity productions et Hugo Landreville, graffiteur.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires