Piste d’athlétisme: Sainte-Thérèse maintient son choix de revêtement synthétique Regupol

Valérie
Valérie Maynard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

En réaction à un article publié dans le Journal de Montréal, le 30 juillet dernier,  lequel questionne, entre autres le choix de la Ville quant au revêtement synthétique Regupol qui ornera la piste du stade d’athlétisme actuellement en construction, Robert Asselin, directeur général adjoint aux opérations à la Ville de Sainte-Thérèse, s’est montré catégorique: l’appel d’offres publiques est tout à fait conforme, la décision de choisir une surface synthétique préfabriquée est légitime et l’octroi du contrat s’est fait selon les règles de l’art. «C’est notre choix, notre privilège», a-t-il déclaré.

Le revêtement synthétique Regupol de la piste d’athlétisme sera préfabriqué en usine, avant d’être apposé sur la piste, au printemps prochain, soit environ deux mois avant le coup d’envoi du Championnat canadien junior d’athlétisme, en juillet 2013. Pour le moment, voici l’état du chantier.

Rappelons les faits: désignée hôte du Championnat canadien junior d’athlétisme 2013 et 2014, la Ville de Sainte-Thérèse devait d’abord pouvoir offrir les infrastructures pour accueillir pareil évènement. Des partenariats conclus avec la Commission scolaire de la Seigneurie des Mille-Îles et la Ville de Blainville, de même que la confirmation récente d’une subvention du ministère de l’Éducation, du Sport et du Loisir (MELS) ont dès lors jeté les bases du projet de construction d’un stade d’athlétisme, sur le terrain adjacent à la polyvalente Sainte-Thérèse. Il s’agit d’un projet à hauteur de 3,4 millions, dont 1,5 million sera payé par la subvention du MELS. Le reste, soit 1,9 million de dollars, sera assumé à parts égales, en vertu d’une entente signée en juin dernier, par les Villes de Sainte-Thérèse et Blainville.

Prévue en deux temps, la construction du stade s’est d’abord amorcé en juin dernier, par l’octroi à la firme Lanco Aménagement, d’un contrat de 2 285 158,94 $, taxes incluses, pour la construction du terrain d’athlétisme, incluant notamment la préparation du site, le drainage, les modifications aux systèmes d’arrosage et d’éclairage existants, l’excavation et la mise en place des fondations granulaires, la mise en place d’une bordure de béton entourant la piste, la mise en place de revêtement bitumineux ainsi que les travaux d’engazonnement des surfaces adjacentes.

Le contrat prévoit également la pose d’une clôture à mailles de chaîne ceinturant le site, la construction d’un bâtiment entrepôt et la fourniture et l’installation sur une dalle de béton de gradins métalliques totalisant 800 places. Cette première phase devrait se conclure vers la fin du mois d’août.

Revêtement pour la piste d’athlétisme

Le printemps 2013 fera place à la phase II du projet, soit la pose d’un revêtement de finition souple pour la piste du stade, mandat confié, le 3 juillet dernier, à la firme Tapitec, au coût de 684 134,31 $. Deux autres firmes, à savoir Les Sols Sportica et Les Surfaces sécuritaires Carpell étaient également en lice. Or, c’est Tapitec qui a obtenu le meilleur pointage, selon la grille d’évaluation, soit 93, devant Carpell (83) et Sportica (49).

«La grille d’évaluation a été faite de manière à ne laisser aucune place à l’interprétation», fait valoir M. Asselin. Outre le prix, trois aspects étaient pris en compte par cette grille, soit l’expérience du manufacturier, celle du fournisseur installateur et enfin, la qualité du produit et du service.

Or, selon le Journal de Montréal, les intervenants (Christian Charron, du Parti Vision Action Sainte-Thérèse, et Annick Hupperetz) reprochent à la Ville d’avoir favorisé un fournisseur en particulier. Mis au fait, le MELS a même commandé une analyse de l’ensemble du processus dans les jours qui ont suivi l’octroi, avant de déclarer le tout en bonne et due forme, une information qui, malgré plusieurs appels logés auprès du MELS, n’a cependant pu être validée.

Quant à l’information voulant que le dossier ait été remis à l’UPAC, M. Asselin affirme ne pas être au courant de la chose. «Je n’ai eu aucune communication avec les enquêteurs de l’UPAC», tranche-t-il.

Rappelons que la piste d’athlétisme de Sainte-Thérèse est construite selon les normes IAAF (International Association of Athletics Federations).

Organisations: MELS, Ville de Sainte-Thérèse, Commission scolaire Ville de Blainville Ministère de l’Éducation Tapitec Lanco Aménagement Journal de Montréal Parti Vision Action Sainte-Thérèse Association of Athletics Federations

Lieux géographiques: Villes de Sainte-Thérèse, Seigneurie des Mille-Îles, Blainville

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Christian Charron
    02 août 2012 - 17:31

    J’ai personnellement analysé toutes les facettes de l’appel d’offres du revêtement de la piste d’athlétisme et je peux vous dire que l’octroi du contrat ne s’est PAS fait d’une façon légitime et selon les règles de l’art, contrairement à ce que dit la ville de Sainte-Thérèse. L’appel d’offres a été construit de telle sorte qu’il était certain que la firme Tapitec remporterait cet appel d’offres. On peut lire tous les détails ici : http://visionactionsaintetherese.org/spip.php?page=article&id_article=146 et ici : http://visionactionsaintetherese.org/spip.php?page=article&id_article=145. L’entreprise Tapitec a obtenu 93 points sur 100 alors que, tenez-vous bien, dans toute son existence, elle n’a construit qu’une seule piste d’athlétisme. Elle vient d’ailleurs tout juste de la terminer à l’école Calixa-Lavallée à Montréal. Bel historique, n’est-ce pas ? Incroyable les prouesses qu’on peut réaliser avec une grille de pondération. Avec une telle créativité, je suis certain qu’on aurait pu faire gagner Réno-Dépôt, même si ces gens ne connaissent strictement rien aux pistes d’athlétisme !