Camps de jour à Lionel-Groulx: Sportmax maintient son offre de service

Valérie
Valérie Maynard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Malgré le conflit étudiant qui paralyse actuellement le collège Lionel-Groulx et au-delà d’un éventuel nouveau calendrier scolaire qui pourrait possiblement empiéter sur les semaines normalement réservées aux camps de jour, soit du 25 juin au 24 août, Sportmax maintient son offre de service et se prépare à accueillir les quelque 2 000 enfants inscrits à l’un ou l’autre des camps de jour offerts cet été au collège Lionel-Groulx. 

«Nous avons reçu plusieurs appels de parents inquiets. Nous voulons rassurer tous ces gens: il y aura des camps de jour durant les neuf semaines de l’été, comme prévu», a déclaré Olivier Houde, directeur des opérations chez Sportmax, lors d’une entrevue téléphonique.

Rappelons que Sportmax, une entreprise spécialisée en gestion de sports et loisirs, gère et coordonne des camps de jour dans plusieurs établissements scolaires, dont le collège Lionel-Groulx, mais aussi, entre autres, les cégeps Montmorency, Saint-Laurent et Outaouais, autant d’institutions qui ont été ou sont toujours en grève.

Ajustements

Même si, à l’heure actuelle, aucun remaniement de calendrier n’a été nécessaire, il reste que la direction de Sportmax a tout de même élaboré quelques scénarios advenant la reprise des cours cet été. «Notre première option est, bien sûr, la cohabitation des étudiants et de nos jeunes campeurs, ce qui nous semble tout à fait possible puisque nous assurons déjà la gestion des plateaux sportifs à Lionel-Groulx durant toute l’année», a pointé M. Houde.

Advenant que la cohabitation ne soit pas possible en tout temps, Sportmax prévoit ajouter des sorties avec les enfants, ce qui aura pour effet de libérer les locaux éventuellement requis par les enseignants et leurs étudiants. Enfin, en dernier recours, souligne-t-on, on étudie aussi la possibilité de louer des locaux à proximité du cégep. «Je ne peux pas m’avancer à ce stade-ci sur l’emplacement exact, mais sachez que cette option n’est pas celle que nous privilégions pour le moment. C’est d’ailleurs le scénario le moins probable des trois», a-t-il ajouté.

Quant à la quarantaine d’employés de Sportmax qui doivent assurer l’animation des camps de jour à Lionel-Groulx, cet été, M. Houde soutient qu’ils sont en grande majorité des étudiants universitaires, pour la plupart non touchés par le mouvement de grève. «Advenant un retour en classe, cet été, des étudiants, les conséquences seraient minimes pour nous et ne toucheraient que très peu de nos moniteurs», assure-t-il. 

Lieux géographiques: Lionel-Groulx, Montmorency

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires