Manifestation des étudiants de Lionel-Groulx: résistance passive à Sainte-Thérèse

Valérie
Valérie Maynard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Dans la foulée des manifestations contre la hausse des frais de scolarité, une centaine d’étudiants, provenant pour la plupart des cégeps de Sainte-Thérèse, Saint-Jérôme et Mont-Laurier, sont descendus dans les rues de Sainte-Thérèse, le vendredi 6 avril dernier.

Lors de notre passage, le 6 avril, une poignée d’étudiants campait sur le terrain du Collège Lionel-Groulx, question de faciliter leur arrivée sur la ligne de piquetage, tous les matins, dès 7 h. Certains passants en profitent pour se faire épingler le symbolique carré rouge.

Leur marche aura été marquée par deux mouvements de résistance passive (sit-in), le premier à l’intersection de la rue Blainville Est et du boulevard du Curé-Labelle, le second, plus complexe à gérer pour les policiers, indique-t-on, à l’angle du boulevard Bouthillier et de la Montée Sanche, à Boisbriand.

Ces deux évènements ont duré 15 minutes, dans le premier cas, et un peu moins de 10 minutes dans le second cas, selon l’agent Martin Charron, de la Régie intermunicipale de police Thérèse-De Blainville. «Dans le cas du deuxième sit-in, on est à proximité d’un centre commercial, de plusieurs commerces, comme le IGA et le Réno-Dépôt. C’est un quadrilatère plus difficile à sécuriser et on sentait l’impatience des automobilistes», a-t-il commenté.

Reste que dans l’ensemble, la manifestation s’est bien déroulée, rapporte-t-il, d’une part parce que les policiers avaient au préalable été avisés du trajet des étudiants et, d’autre part, parce que des étudiants avaient été désignés pour encadrer la marche, facilitant d’autant plus le travail des policiers. «Depuis le début, on a établit des relations avec ces jeunes-là et ça se passe bien», résume-t-il.

La veille, une autre manifestation, orchestrée cette fois par le Syndicat des enseignants et enseignants du cégep Lionel-Groulx, s’était également bien déroulée, bien qu’elle se soit soldée par l’arrestation d’un cégépien, pour entrave et voies de fait sur un agent de la paix. «Les problèmes ont commencé quand environ 80 jeunes de la polyvalente Ste-Thérèse se sont greffés aux manifestants avant d’aller cogner aux fenêtres de l’école St-Gabriel», a relaté l’agent Charron.

C’est en tentant de reprendre le contrôle de la foule, en direction du parc Richelieu, que l’arrestation s’est produite. Un cas isolé, estime toutefois l’agent Charron, puisqu’en aucun temps, dit-il, les autres manifestants n’ont semblé encourager les actes reprochés au fautif.

Rappelons que les étudiants du Collège Lionel-Groulx ont voté en faveur d’une grève, le 29 février dernier. La prochaine assemblée doit se tenir le 18 avril. À ce moment, le boycott des cours pourrait être remis en question.

Modification de l’offre de cours pour la session été 2012

Également le 6 avril, la Direction des études du Collège Lionel-Groulx publiait, sur son site Web, un avis concernant la modification de l’offre de cours en vue de la session d’été 2012, qui se lit comme suit: «Considérant la situation actuelle causée par la grève étudiante et de ses effets probables sur le calendrier scolaire de la session d'hiver 2012, le Collège Lionel-Groulx est contraint de modifier largement son offre de cours et d'annuler la majorité des cours prévus à la session d'été 2012». Dans les faits, ajoute-t-on, un seul cours sera offert, soit le cours Ondes et physique moderne. Pour la suite des choses, la Direction invite les étudiants à utiliser les services d’un aide pédagogique individuel afin d'explorer les autres alternatives qui pourraient s’offrir à eux.

Organisations: Collège Lionel-Groulx, Régie intermunicipale de police Thérèse-De Blainville, IGA Le Syndicat des enseignants école St-Gabriel

Lieux géographiques: Sainte-Thérèse, Blainville Est, Boulevard du Curé-Labelle Boulevard Bouthillier Montée Sanche Boisbriand Parc Richelieu Cours Ondes

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires