Un véritable marché noir: ovules à vendre

Valérie Schmaltz
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La Loi canadienne sur la procréation assistée, qui interdit de rétribuer une donneuse, semble avoir ouvert la porte à un véritable marché noir de l’ovule.

En raison de la rareté des ovocytes disponibles dans les cliniques de fertilité, de nombreux couples se tournent désormais vers Internet pour trouver la perle rare.

Moyennant une rémunération, dans la majorité des cas en raison de problèmes financiers, les donneuses s’affichent ouvertement et iront même jusqu’à vanter certaines de leurs caractéristiques physiques et intellectuelles aux futurs parents.

Voici quelques annonces trouvées sur des forums d’étudiants.

«Bonjour, ben voilà, en ce moment je suis en galère financière. Je pense vendre mes ovocytes. Est-ce que quelqu'un connaît un réseau ainsi que les démarches à suivre? Merci pour vos réponses.»

•••

«Je suis mère de deux enfants, je vais avoir 20 ans. Je suis en bonne santé et mes enfants également. J’aimerais donner mes ovules, mais je manque de renseignements sur le sujet. Je demande une rémunération.»

•••

«Bonjour, je suis une jeune femme de 22 ans, grande, mince, jolie, dynamique, en bonne santé. Je suis malheureusement au fond du gouffre financier. Prenez-vous en charge les frais d'intervention? Y a-t-il compensation? Je reste à votre disposition pour plus d'information (celle-ci laisse son numéro de téléphone).»

•••

«Salut, j'ai 22 ans et j'aimerais savoir si cette transaction est rémunérée, car je suis en Master 2 et j'ai besoin de payer mon école d'ingénieur; merci à vous.»

•••

«Je serai prête à vous aider. J'ai 27 ans et j'ai une petite fille de 9 mois qui est magnifique, en santé, joyeuse et très drôle. Depuis qu'elle est née, je me suis rendu compte à quel point c'est un miracle d'avoir un petit bébé et si je peux aider une femme à vivre le même bonheur que moi, je le ferai avec plaisir. Mais je vous avoue que je n'ai aucune idée des étapes à suivre, ni de la procédure en tant que telle (est-ce douloureux? Est-ce dangereux si je désire avoir un autre enfant par la suite?) ni du montant que je pourrais demander en échange de cela tout en restant juste. Pour ma part, je n'ai jamais eu de soucis de santé d'aucune sorte et je n'ai aucun historique de maladie héréditaire non plus. Je ne fume pas, je ne bois pas et je ne prends pas de drogue! Je suis présentement en train de faire ma maîtrise à la Faculté de médecine de l'UdM et j'élève ma petite fille avec mon conjoint. Je suis brune, yeux bruns. Je suis prête à me soumettre à des tests de santé s'il le faut. Voilà, vous pouvez me contacter et nous pourrions discuter.»

•••

«À celles qui seraient intéressées, je vends mes ovules... pas en France évidemment! À vous de vous occuper des formalités. Si vous êtes intéressées ou si vous voulez en discuter, laissez-moi un message ou on en discutera sur MSN. La raison: j'ai besoin d'argent tout simplement… et cela pourra faire le bonheur de femmes qui ne peuvent avoir d'enfants. Je sais que ça va en faire hurler certains… mais chacun est propriétaire de son corps. Je suis en très bonne santé PHYSIQUE. Bon, si vous lisez cet article et que vous connaissez des femmes qui ont ce besoin, parlez-leur. Je serai raisonnable sur l'offre.»

•••

«Bonjour, je vends mes ovocytes aux plus offrants/tes et/ou étudie toutes propositions car j’ai besoin d’argent pour monter un projet dans un pays en développement. Je laisse ici mon adresse. Je suis en excellente santé physique et mentale, déjà maman deux fois, ne fume pas, ne bois pas et ne me drogue pas. PS: annonce très sérieuse.»

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires