SRIL: établir le lien entre les sourds et les entendants

Valérie Schmaltz
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le Service Régional d'Interprétariat de Lanaudière (SRIL) est un organisme sans but lucratif destiné aux personnes sourdes et malentendantes.

Les services d’interprétariat sont essentiels pour les Sourds. Cela leur permet d’établir un lien de communication entre eux et les entendants.

Subventionné par l'Agence de la santé et des services sociaux des Laurentides, le SRIL propose des services d'intervention dans les secteurs suivants : santé, services sociaux, services gouvernementaux, justice, travail, formation, soutien parental et vie associative.

Ainsi, du 1er avril au 31 mars, les personnes vivant avec une déficience auditive peuvent, 48 heures à l'avance, réserver les services d'un interprète qui agira comme lien de communication entre elles et les entendants.

«Outre nos services de base, nous offrons aussi des services non facturables, mais autorisés dans des cabinets privés, tels que la physiothérapie, l'ergothérapie, la kinésiologie, entre autres, et ce, à raison de 10 rencontres dans l'année», explique la coordonatrice du SRIL, Diane Miron. «Pour ce qui est des cabinets publics, des urgences, des centres de réadaptation et plusieurs autres, les services d'interprétariat sont couverts en tout temps. Il n'y a pas de restrictions.»

Interprètes

Trois interprètes permanents se partagent les territoires de Lanaudière/Laurentides, et 18 pigistes prennent la relève quand le nombre de demandes dépasse les capacités du trio. Selon la coordonatrice, le SRIL a enregistré 2 096 demandes de services d'interprétariat, l'année dernière. De ce nombre, 282 services ont été annulés.

«Les demandes ont été annulées, soit par la personne sourde elle-même ou encore parce que le rendez-vous a été remis», nuance Mme Miron.

Interrogée sur le nombre de demandes qui ont été refusées dans l'année, cette dernière a souligné que seulement 12 demandes ont du être rejetées par manque de disponibilité des interprètes. «Tout le monde avait un horaire plein, cette fois-là. Par expérience, nous savons que, deux à trois fois par mois, il s'avère très difficile de répondre à toutes les requêtes. Il semblerait que les rendez-vous se prennent plus souvent à certaines dates qu'à d'autres», ajoute la coordonatrice.

Qu'en est-il du nombre d'interprètes disponibles? Sont-ils assez nombreux? «Je ne vous mentirai pas en vous disant qu'ils sont en quantité suffisante. Tous les services d'interprétariat se heurtent au même problème. Ils en faudraient plus.»

Compréhension

Mise au courant des revendications des Sourds concernant les services d'interprétariat qu'ils jugent insuffisants, Diane Miron avoue comprendre la problématique. Quant aux autres doléances de la communauté sourde, une réponse partielle est livrée, sous fond de déduction logique.

«C'est le manque d'argent, croit-elle.  Écoutez, on nous demande de livrer des statistiques à une date précise et ensuite, on nous dit que les chiffres ne sont peut-être plus bons, qu'il faudrait à nouveau en sortir d'autres. Et les demandes sont sans cesse repoussées.».

Autres services

On se targue, au SRIL, d'être le seul centre d'interprétariat à offrir un service d'aide à la traduction, que ce soit pour des lettres, des papiers officiels ou encore pour des conversations téléphoniques nécessitant des instructions verbales.«Ce service a été utilisé 691 fois dans les Laurentides. Il est très apprécié par  les Sourds », ajoute Mme Miron.

Un rendez-vous est toutefois requis en tout temps.

Services assurables ou non?

Afin d'assurer une certaine autonomie à sa clientèle sourde et malentendante, le SRIL (Service Régional d'Interprétariat de Lanaudière) dispose d'une banque de services assurables (ou non) que cette dernière peut utiliser.

Services assurables

Les centres hospitaliers; les cliniques externes de psychiatrie; le CLSC de la région de Lanaudière; les centres de réadaptation (Bouclier, Myriade, Tremplin, Florès); les centres Jeunesse de Lanaudière et des Laurentides; les centres locaux d'emploi de Lanaudière (si le CLE en fait la demande); Essor II (si l'organisme en fait la demande); les services municipaux des villes sur le territoire de Lanaudière et des Laurentides (après leur autorisation); la Sûreté du Québec (après leur autorisation), de même que les employeurs, les syndicats, le Palais de justice, les Services Canada et diverses associations, ainsi que le SIVET.

Services non facturables mais autorisés

Services de santé en cabinet privé : médecins, spécialiste (ORL, audiologiste, cardiologue, etc.), optométristes (examens, consultations), dentistes et chirurgiens dentistes, denturologiste (vérifier si besoin réel), physiothérapie, ergothérapie, laboratoires d'orthèses-prothèses, kinésiologie, etc (maximum de 10 rendez-vous par année).

Services non autorisés par l'Agence de la santé

(à moins d'exceptions autorisées par le SRIL, services effectués par des interprètes permanents et non des pigistes); réunions familiales et sociales (sauf si agent payeur); réunions de parents à l'école (ex : rencontre du professeur et directeur pour plan d'intervention); activités à caractère religieux (sauf si agent payeur); caisses et banques (sauf pour documents officiels à signer : ex : hypothèque); magasinage (sauf pour signatures officielles d'achats d'autos, de maisons, etc.); avocats et notaires; entrevues d'emploi; SAAQ (référer à Montréal); cours ou formations de toutes sortes (sauf si agent payeur) et toute demande qui n'a pas d'agent payeur.

(Selon un document remis par le SRIL)

Organisations: Agence de la santé et des services sociaux des Laurentides, Service Régional d'Interprétariat de Lanaudière, CLSC Jeunesse de Lanaudière et des Laurentides Sûreté du Québec Services Canada SAAQ

Lieux géographiques: Laurentides, Territoire de Lanaudière, Le Palais Montréal

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires