Adoption du PMAD: La MRC se rallie avec modération

Valérie Schmaltz
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Après avoir rejeté la première version du Plan métropolitain d'aménagement et de développement (PMAD) de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), la MRC Thérèse-De Blainville a finalement choisi de se rallier et de voter en faveur de son adoption dans sa forme révisée.

Photo Michel Chartrand Paul Larocque

«Je tiens à souligner que c'est avec un enthousiasme modéré qu'on s'est rallié. Pour nous, le PMAD reste un document perfectible à plusieurs égards», a nuancé le préfet de la MRC et maire de Bois-des-Filion, Paul Larocque, au lendemain du vote en faveur de l'adoption du PMAD par 81 des 82 municipalités constituant la CMM.

Avant de trancher, la MRC et ses élus se sont donc basés sur le fait que le PMAD représentera le fondement même des interventions futures en aménagement et développement pour les 20 prochaines années dans la région métropolitaine.

«En ce qui nous concerne, tout est une question de lendemain. C'est vrai qu'on aurait pu voter contre et c'est aussi vrai qu'il reste beaucoup de chemin à faire. Mais nous sommes d'avis que le PMAD a suffisamment changé depuis sa version initiale pour que nous nous prononcions en faveur de son adoption», a expliqué M. Larocque.

Le retrait du gel du périmètre urbain pour une période de cinq ans est un exemple éloquent des éléments considérés par les élus de la MRC de Thérèse-De Blainville. «Ce gel représentait carrément une mise en tutelle de notre région. C'était une fin de non-recevoir. Le retrait de cette clause est une très bonne chose», fait-il valoir.

Les forces et les faiblesses du PMAD

Si la MRC reconnaît les éléments positifs du Plan, dont l'accent mis sur une planification axée sur les infrastructures de transport collectif, la protection des espaces naturels et la consolidation des milieux bâtis et des zones à bâtir, elle en déplore toutefois les faiblesses, notamment au niveau de la vision économique. «On s'attend à ce que des gestes concrets soient posés dans le cadre du plan de mise en œuvre pour mieux positionner la CMM en fonction des objectifs de compétitivité et d'attractivité», indique M. Larocque.

Autrement, M. Larocque se réjouit de voir que les efforts de densification réalisés à ce jour sur le territoire de la MRC ont finalement été reconnus dans le PMAD et du fait que la Ville de Sainte-Anne-des-Plaines, dont le territoire est à 90 % agricole, sera considérée avec les particularités des municipalités à caractère rural.

Même s'il y a encore du travail à accomplir pour peaufiner le PMAD et en faire un document mobilisateur et visionnaire, poursuit le préfet, la version adoptée par la CMM représente tout de même un compromis acceptable et une base valable pour l'avenir de la CMM. «Il était reconnu par tous qu'un document de cette importance devait voir le jour, car il contribuera au futur de plus de la moitié de la population et de l'économie du Québec. Il aura fallu 10 ans à la CMM pour préparer et adopter son plan d'aménagement et de développement. Le résultat ne répond que partiellement à nos attentes, mais il contient une bonne partie de la réponse. C'est dans son application et son interprétation que nous pourrons réellement apprécier la valeur fédératrice de ce document et la volonté de tous les partenaires, incluant le gouvernement, de concrétiser le développement d'une communauté métropolitaine compétitive et attractive», a-t-il conclu.

 

Organisations: MRC, Ville de Sainte-Anne-des-Plaines

Lieux géographiques: Bois-des-Filion, MRC de Thérèse-DeBlainville, Territoire de la MRC Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires