Durant tout le mois de décembre: une cinquantaine de crèches exposées à Oka

Corinne Guimont
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

L’église l’Annonciation d’Oka accueillera, pour une quatrième année, une cinquantaine de crèches qui feront faire aux visiteurs un véritable tour du monde. Jusqu’au 30 décembre, la Nativité sera donc à l’honneur dans des représentations d’ici et d’ailleurs.

Une crèche créée par la chocolatière Mathilde Fays, d’Oka.

«On mise de plus en plus sur la qualité des crèches qu’on expose et on tente de se renouveler. On a donc d’anciennes et de nouvelles crèches», a expliqué le président de la Fondation de l’église l’Annonciation d’Oka, Gilles Landreville, à l’occasion du lancement de cette exposition.

Cette année, le Musée de l’oratoire Saint-Joseph a prêté plusieurs crèches africaines représentant la naissance de Jésus dans des pays tels que le Burundi, le Zaïre, le Niger, la Côte d’Ivoire ou l’Égypte.

Les visiteurs pourront également découvrir les confections d’artisans de la région et d’ailleurs. L’artiste de la fibre Fatima Rocchia, de Saint-Joseph-du-Lac, expose, entre autres, une murale textile faite de feutre, c'est-à-dire de la laine de mouton qu’elle a tondue, lavée, teinte, cardée et feutrée elle-même.

Une toile de Marcel Charest, d’Oka, est également exposée et a pour titre La Nativité et la fin du monde.

Sur place, il est également possible de voir des personnages de l’entreprise artisanale Santons de la Nouvelle-France. Ses propriétaires ont ajouté cette année à leur montage une section «village» avec ses maisons en bois. Une installation qui a pris deux à trois jours à monter avec sa soixantaine de personnages.

Créés par Monique Silviani et Marcel Lauzon, des résidants d’Oka, les santons sont une tradition familiale pour Mme Silviani qui vient de Provence. «C’est important pour moi, c’est une manière de m’exprimer», dit-elle en parlant de son art.

Mathilde Fays est de retour à l’exposition avec sa crèche en chocolat, dont les moules proviennent de son père qui faisait déjà ce montage à son époque. Des moules qui se retrouvent difficilement aujourd’hui. «C’est une crèche qui est belle et qui plaît», explique Mme Fays.

Une visite à l’église l’Annonciation d’Oka permettra également d’admirer une partie de l’installation L’hymne à l’enfance de Marie-France Bertrand qui a créé l’œuvre pour l’église du Gesù, à Montréal. Une œuvre qui lui a demandé huit mois de travail et qui compte près de 200 personnages en papier japonais, en plus de ceux exposés à Oka.

Il s’agit ici de personnages légèrement abstraits, mais à connotation biblique, qui sont rassemblés autour d’un enfant. Une scène représentant pour l’artiste l’importance de la famille, des enfants et des liens qui sont tissés. Mme Bertrand parle également d’une nostalgie liée aux souvenirs, au côté éphémère de l’enfant. Il subsiste d’ailleurs une certaine fragilité dans ses personnages malgré les matériaux bruts qui sont utilisés.

Le grand collectionneur d’art populaire du Québec Adrien Levasseur, qui possède un peu plus de 1 100 sculptures, divisées en un peu plus de 12 thématiques, a également prêté huit crèches du Québec faites, pour la plupart, en bois et dont certaines se révèlent plus rustiques.

L’entrée est libre pour l’exposition des crèches et les portes de l’église sont ouvertes les fins de semaine de décembre de 10 h 30 à 16 h 30, ainsi que le 24 décembre avant la messe de 22 h. Il est aussi possible de faire des visites de groupe en réservant au 450-479-6418.

Organisations: L’Annonciation d’Oka, Fondation, Musée de l’oratoire Saint-Joseph Zaïre Niger LaNativité Santons église du Gesù

Lieux géographiques: Oka, Burundi, Égypte Nouvelle-France Montréal Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires