90 ans balayés en 90 secondes

Valérie
Valérie Maynard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le 4 août dernier, le Club de golf de Rosemère célébrait, avec quelque 260 convives, ses 90 ans d’existence. «Dans la journée, on avait reçu 230 golfeurs», précise le directeur général, Marc Gélinas.

Au cours de la soirée, la présence de plusieurs membres honoraires avait été soulignée et un hommage particulier avait été rendu à Sylvain Nadon, un employé qui cumule 31 ans de service.

Une semaine plus tard, soit le samedi 11 août, à 17 h 30, une microrafale s’est abattue sur la partie nord du terrain, balayant tout sur son passage et fauchant quelque 200 arbres en plus d’une vie, celle de Matthew Salsa, 18 ans. Tout ça, en à peine 90 secondes. «Cette vie, c’est notre plus grande perte», souffle M. Gélinas.

Parti pratiquer le sport qu’il aimait plus que tout, ce jour-là, vers 16 h, Matthew n’avait pas pris la peine de s’inscrire. Vers 17 h, quand la sirène a retenti pendant deux minutes simultanément sur les quatre stations du terrain afin de donner l’ordre aux golfeurs d’évacuer les lieux, personne n’a donc remarqué son absence.

Même les deux patrouilles du parcours effectuées par la suite, la première par M. Gélinas et la seconde avec le surintendant, n’ont jamais laissé présager qu’une personne pouvait être manquante. Ce n’est que quelques heures plus tard, alors alertés par le père de Matthew, que les policiers ont découvert le corps du jeune homme.

Grand passionné de golf, Matthew était membre du Club de Rosemère depuis 2004. Il est d’ailleurs question d’honorer sa mémoire. Déjà, tous les employés et bénévoles qui s’activent à nettoyer le terrain arborent un ruban noir, en souvenir du jeune homme. «C’est certain qu’on va trouver une façon de l’immortaliser, avec la permission, bien sûr, de sa famille», a avancé M. Gélinas.

«Cette vie (Matthew Salsa), c’est notre plus grande perte» Marc Gélinas

Une vaste corvée

La corvée qui s’opère sur le terrain depuis le sinistre est vaste, alors que des dizaines de bénévoles se sont spontanément regroupés pour venir en aide aux gens déjà sur place. «À tous les matins, une centaine de bénévoles participent à la corvée», indique M. Gélinas. Des gens de la région, des membres du Club de Rosemère, bien sûr, mais aussi des membres d’autres clubs et même des employés, temporairement mis à pied en raison de la fermeture du terrain. Une solidarité belle à voir, note M. Gélinas.

Déterminée à redonner rapidement le terrain à ses membres, la direction du Club travaille d’arrache-pied afin de nettoyer la zone dévastée de ses quelque 200 arbres couchés, sinon carrément déracinés et redonner toute sa beauté au terrain. «Au moins 75 autres arbres devront être abattus par mesure de sécurité», indique M. Gélinas. Vingt-cinq subiront vraisemblablement le même sort, au gré des recommandations.

La réouverture du terrain est prévue dans deux jours, soit le lundi 20 août.

Organisations: Club de Rosemère

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires